Après l'ancien ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi, l'ancien ministre de l'Intérieur Ali Laârayedh dément les déclarations de Marzouki et dénonce un timing "suspect"

Publication: Mis à jour:
MONCEF MARZOUKI
Anis Mili / Reuters
Imprimer

Ali Laârayedh, ministre de l'intérieur lors de l'attaque de l'ambassade américaine en 2012 a, dans une interview accordée à Mosaique FM, démenti les déclarations de Moncef Marzouki sur la chaine Al Jazeera selon lesquelles seule la garde présidentielle était intervenue et mis fin à l'attaque.

Selon Ali Laârayedh, le ministère de l'Intérieur suivait de près la situation et tout le corps sécuritaire (y compris la Brigade Anti-Terroriste) a été engagée afin de mettre fin à l'attaque.

Ne s'arrêtant pas seulement sur le contenu des déclarations de l'ancien président, l'ancien ministre de l'Intérieur s'interroge aussi sur le moment choisi par ce dernier pour faire cette annonce, un timing qui lui semble suspect.

Il a également nié être au courant d'une quelconque intention de la part des américains d'envoyer leurs troupes sur le sol tunisien.

L'intervention de l'ancien président tunisien Moncef Marzouki sur la chaine Al Jazeera a suscité de vives polémiques. En effet, l'ex président est revenu sur l'attaque de l'ambassade américaine en septembre 2012 accusant les hauts responsables de l'époque d'indifférence et de laxisme, compte tenu de la gravité de la situation. Il a également dénoncé la disparition totale des forces de l'ordre au moment de l'attaque de l'ambassade américaine.

Selon Marzouki, les responsables qu'il avait contacté d'urgence pour intervenir ont refusé de mesurer la gravité de la situation, selon ses dires, ce qui a poussé les autorités américaines à envisager de faire intervenir ses soldats de la Marines sur le sol tunisien, toujours selon l'ancien président.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.