Le directeur et rédacteur en chef de Badil.info condamné à trois mois de prison ferme

Publication: Mis à jour:
DIRECTEUR BADIL ARRESTATION
Badil.info
Imprimer

PROCÈS - Le verdict est tombé tôt ce matin. Le tribunal de première instance d’Al Hoceima a condamné, ce mardi, le directeur et rédacteur en chef du site d’information Badil.info, Hamid El Mahdaoui, à trois mois de prison ferme assortie d’une amende de 20.000 dirhams. L’information relayée par le site en question précise que Hamid El Mahdaoui a été reconnu coupable d’"incitation d’individus à commettre des délits par des discours et des cris dans des lieux publics". Par contre, il a été acquitté du délit de "participation à l’organisation d’une manifestation interdite".

La même source indique que le procès a duré plus de 15 heures d’affilée alors que le verdict a suscité "colère et indignation auprès des militants des droits de l’homme présents et auprès des avocats et citoyens l’ayant suivi".

D’après Badil.info, son directeur et rédacteur en chef a eu une "confrontation" avec le représentant du parquet au cours du procès, dans la nuit de lundi à mardi. El Mahdaoui y a contesté l’accusation d’"incitation" soulignant que la profession du journaliste est également d’être "leader d’opinion", explique la même source.

Son arrestation, jeudi 20 juillet à Al Hoceima, a fait l’objet d’un communiqué du procureur général près la Cour d'appel d'Al Hoceima. Ce dernier y a souligné que selon la définition contenue dans l'article 2 du Code de la presse et de l'édition, le travail journalistique consiste "à recueillir les nouvelles, les informations ou les faits, les vérifier ou d'enquêter sur ces derniers d'une manière professionnelle aux fins de rédiger ou de réaliser un contenu médiatique".

C’est sur cette base que les charges ont donc été maintenues, dans leur majorité, à l’encontre de Hamid El Mahdaoui. Badil.info précise que les plaintes déposées par la défense contestant, en premier, "la compétence territoriale du tribunal", étant donné que l’inculpé ne vit pas à Al Hoceima mais à Salé, ont toutes été rejetées.

Alors que l’avocat de Hamid El Mahdaoui a qualifié, dans Badil.info, ce procès de "catastrophe", d’autres associations et organisations ont unanimement dénoncé cette condamnation.

Ce n’est pas la première fois que le directeur et rédacteur en chef de ce site d’information fait l’objet d’une condamnation. Il y a deux ans, en juillet 2015, il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis et à 100.000 dirhams, suite à des articles accusant la police d'Al Hoceima de torture et de responsabilité dans la mort de Karim Lachkar en mai 2014, comme le rappelait un communiqué de RSF émis en juin 2016.

La même source dénonçait alors "vigoureusement" une seconde condamnation à l'encontre du journaliste et directeur du site Badil.info: 4 mois de prison avec sursis et 10.000 dirhams, dans un procès en diffamation intenté à son encontre par le ministre de la Justice Mustapha Ramid. Celui-ci avait fait l'objet d'un article signé par El Mahdaoui, "accusant le dirigeant de percevoir des frais de missions surévalués".

LIRE AUSSI: