Al Hoceima: Médi1 TV, la SNRT et Med Radio averties par la HACA

Publication: Mis à jour:
WARNING TELEVISION
Mark Evans
Imprimer

MÉDIAS - Médi1 TV et la SNRT ont été rappelées dimanche à l'ordre par le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) en raison de leur couverture du mouvement de contestation qui agite depuis plusieurs semaines la région du Rif.

La chaine de télévision privée a reçu un avertissement pour avoir diffusé dans ses journaux télévisés du 27 et 28 mai derniers, traitant des événements d’Al Hoceima, des images et des séquences prises dans "un contexte différent de celui dans lequel elles ont été présentées", a fait savoir la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA).

Les journaux en question traitaient du "communiqué du Procureur général de la Cour d’appel d’Al-Hoceima concernant l’arrestation d’un certain nombre de personnes, en liant cela à des images et des scènes reflétant des actes de violence et de vandalisme dans un contexte qui laisse penser qu’il s’agit du motif de l’arrestation mentionnée dans le communiqué".

Selon la HACA, certaines de ces images sont en réalité celles d'actes de violence survenus lors d'un "événement sportif pendant l’une des journées du championnat national de football professionnel " en mars dernier. Ces JT sont "en non-conformité avec les exigences légales et règlementaires en vigueur en la matière".

Pour le CSCA, Medi1 TV a ainsi "enfreint les dispositions légales et réglementaires".

Al Oula et Tamazight concernées

La diffusion dans les journaux télévisés des chaînes Al Oula et de Tamazight, les 27 et 28 mai derniers, traitant également des événements d’Al Hoceima, d’images et de séquences prises sont également concernées. La couverture du même communiqué est mise en cause pour des motifs similaires.

Celui-ci a été lié à des "actes de violence et de vandalisme dans un contexte qui laisse penser qu’il s’agit du motif de l’arrestation mentionnée dans le communiqué". La SNRT a aussi écopé d'un avertissement.

Enfin, le CSCA a adressé un avertissement à la société éditrice de l’émission "Maa Al Mohallil", diffusée sur Med Radio. Des "propos à connotation péjorative et dégradante" ont été tenus par l’invité de l’émission, selon l'instance, à l’encontre de "l’un des manifestants dans les événements qui se sont produits dans certaines régions du royaume".

L’émission a "contenu, dans l’ensemble, des déclarations ayant considéré le suspect comme étant l’auteur des faits qui lui ont été reprochés et ce, sans laisser de distance ou de marge d’incertitude ou de supposition". L'utilisation de ce genre de propos met l’opérateur en non-conformité avec ses obligations relatives au respect de la présomption d’innocence", conclut la HACA.

LIRE AUSSI: Maroc: Les femmes sont-elles bien représentées dans les médias?