Tensions à Jérusalem après une journée meurtrière

Publication: Mis à jour:
JERUSALEM
Israeli security forces stand guard as Palestinian Muslim worshippers pray outside Lions' Gate, a main entrance to the Al-Aqsa mosque compound in Jerusalem's Old City, on July 22, 2017, in protest against new Israeli security measures implemented at the holy site following an attack that killed two Israeli policemen the previous week.Stabbings and clashes that left six people dead raised fears of further Israeli-Palestinian violence as tensions mount over new security measures at the highly sens | AHMAD GHARABLI via Getty Images
Imprimer

De nouveaux incidents sont redoutés sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est annexé, au lendemain d'une journée meurtrière provoquée par la décision israélienne de placer ds détecteurs de métaux à l'entrée du site.

La journée de vendredi s'est achevée par la mort de trois Palestiniens dans des affrontements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée avec les forces de sécurité israéliennes.

Les tensions, qui ont culminé vendredi, sont allées crescendo depuis une semaine après une opération martyre qui a coûté la vie à deux policiers israéliens le 14 juillet dans la Vieille ville de Jérusalem.

Israël, selon qui les armes des assaillants avaient été cachées sur l'esplanade des Mosquées, avait alors décidé d'installer des détecteurs de métaux aux entrées de ce site ultra-sensible, le troisième lieu saint de l'islam.

Cette mesure avait provoqué la colère des Palestiniens, et vendredi soir le président Mahmoud Abbas a annoncé que les contacts avec Israël seraient "gelés" tant que ces mesures ne seraient pas annulées.

Eléments religieux

Les incidents avaient considérablement diminué ces derniers mois mais l'atteinte à Al Aqsa risque de leur donner un nouveau souffle, estiment des analystes.

Pour Ofer Zalzberg, analyste pour le think tank International Crisis Group, l'"erreur de Netanyahu (le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu) a été d'installer des détecteurs de métaux sans recourir à un interlocuteur musulman".

"C'est le caractère coercitif (de la mesure) plus que la mesure de sécurité en elle-même qui l'a rendue inacceptable pour les Palestiniens", a-t-il ajouté.

La Vieille ville de Jérusalem et les alentours de l'esplanade des Mosquées étaient toujours placées sous forte présence policière samedi mais aucun incident n'y avait été rapporté à la mi-journée, selon un journaliste de l'AFP sur place.

L'installation des portiques de sécurité a ravivé les craintes des Palestiniens de voir Israël prendre le contrôle exclusif de l'esplanade des Mosquées, où se trouvent le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa.

Le site est situé à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville dont l'annexion par Israël n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.