La "Razzia" de Nabil Ayouch prend forme

Publication: Mis à jour:
RAZZIA
Facebook/Razzia
Imprimer

CINEMA - Deux ans après "Much Loved", Nabil Ayouch est bientôt de retour. La sortie de "Razzia", son nouveau film, devrait avoir lieu "au premier semestre 2018", nous rapporte une personne proche de la production.

Ces derniers jours, la page officielle du film sur Facebook partage des photos du film. Parmi elles, une en particulier attire l'attention. Actualité oblige, l'image en question, montrant de jeunes manifestants prenant d'assaut la rue, rappelle curieusement les évènements qui secouent Al Hoceima depuis ces 9 derniers mois et notamment la marche du 20 juillet.

razzia

Un hasard, nous dit-on auprès de la production du film. Le long-métrage "n'a rien à voir avec le contexte à Al Hoceima", et la ressemblance est fortuite, explique la même source au HuffPost Maroc. "Le film a été écrit il y a deux, voire trois ans. Le contexte est également différent puisque "Razzia" traite de personnes en quêtes de libertés individuelles".

Les libertés individuelles comme fil conducteur

Ce film choral suivra plusieurs personnages en quête de libertés individuelles, personnelles et intimes. Des personnages qui s'inspirent de personnes que le réalisateur, membre depuis peu de l'académie des Oscars, a connu ou qu'il a rencontrés.

Sur Facebook un court synopsis donne également un avant-goût de cette production: "Dans le Maroc d’hier et le Casablanca d’aujourd’hui, ces femmes et ces hommes ont pour point commun les luttes qu’ils mènent pour défendre leurs libertés".

Parmi les comédiens du film on retrouve notamment Amine Ennaji, également à l'affiche de "Much loved", Abdelilah Rachid,
Arieh Worthalter, et pour la première fois à l'écran, Maryam Touzani, qui a co-scénarisé le film avec Nabil Ayouch, et Dounia Binebine, la fille du peintre et auteur Mahi Binebine.

Close
Personnages de Razzia
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

"Une observation de la société marocaine"

"Tourné à Casablanca, Ouarzazate et dans les montagnes de l'Atlas, le long métrage rassemble cinq histoires distinctes, certaines se déroulant au début des années 80 et d'autres dans le Casablanca d'aujourd'hui. Tous les personnages ont pour lien un professeur ayant enseigné dans une petite école d'un village berbère de l'Atlas en 1982" révélait le magazine américain Variety en décembre dernier.

Des personnages issues de différentes couches sociales de la société marocaine, comme Hakim, jeune homme issu des quartiers populaires fan de Freddie Mercury ou encore Inès, qui s'ennuie dans son ghetto bourgeois, rapporte pour sa part le journal français Télérama.

Selon Variety, "la chanson "As Time Goes By" du film de Michael Curtiz figurera dans la bande-son de "Razzia", aux côtés d'autres titres plus récents comme les célèbres "We Are The Champions", "The Show Must Go On" et "I Want to Break Free" de Queen.

Né d'une envie personnelle du réalisateur d'offrir une observation de la société marocaine, le film devrait être présenté dans des festivals à travers le monde avant sa sortie dans les salles obscures, comme l'espère la production.

LIRE AUSSI: