Al Hoceima: La marche du 20 juillet en images

Publication: Mis à jour:
Imprimer

AL HOCEIMA - Interdite par les autorités, la marche du jeudi 20 juillet a bel et bien eu lieu hier, rassemblant selon les témoins sur place environ 2.000 personnes. Malgré les appels à observer une marche pacifique, les affrontements ont opposé force de l'ordre et militants. Le bilan hier soir faisait état de 72 éléments des forces publiques blessés, des blessures plus ou moins graves dues à des jets de pierres, tandis que 11 personnes ont été blessées du côté des manifestants, suite à l'usage de gaz lacrymogène, rapporte la préfecture de la province d'Al Hoceima.

al hoceima

"Liberté, dignité et justice sociale", l'un des nombreux slogans scandés par les manifestants.

al hoceima

Aux revendications sociales sont venues s'ajouter les demandes de libération des détenus du Hirak.

al hoceima

al hoceima

Comme souvent depuis le début du Hirak, les femmes prennent aussi part aux manifestations.

al hoceima

al hoceima

La marche se voulait pacifique, mais les tensions entre forces de l'ordre et manifestants étaient vives.

al hoceima

Pour disperser les manifestants, les forces de l'ordre ont recours à du gaz lacrymogène.

al hoceima

Des civils tentent de se mettre à l'abri des effets du gaz lacrymogène.

al hoceima

Un manifestant présente des cartouches du gaz lacrymogène utilisé par les forces de l'ordre.

al hoceima

Un manifestant allongé au sol après avoir été aspergé de gaz lacrymogène. Les manifestants était parfois munis de Coca et d'oignons pour atténuer les effets du gaz.

al hoceima

al hoceima

Des manifestants jettent des pierres vers les forces de l'ordre.

al hoceima

hoceima

Évanouis ou blessés, les manifestants sont secourus et évacués.

Après les tensions liées à la marche tenue hier soir, c'est l'annonce du décès d'un des leaders du Hirak, Imad El Attaby, qui divise ce vendredi 21 juillet. Si elle enflamme les réseaux sociaux, la nouvelle est démentie par les autorités locales d'Al Hoceima. Sans le nommer, une dépêche de la MAP évoque ainsi que l’état de santé de trois personnes, à savoir deux éléments des forces publiques et un citoyen, évacuées ce 21 juillet dans un état grave vers l’hôpital militaire de Rabat, est "stable contrairement aux informations véhiculées à ce sujet". Les trois individus reçoivent les soins nécessaires à l’hôpital militaire de Rabat, ajoute la même source.

LIRE AUSSI:

Suggérer une correction