Quand Dati plaisantait sur Hortefeux: "Vous ne trouvez pas que ça sent le nazi ici?"

Publication: Mis à jour:
RACHIDA
Rachida Dati et Brice Hortefeux en 2009. | CHARLES PLATIAU / REUTERS
Imprimer

POLITIQUE - Ce n'est un secret pour personne, Rachida Dati et Brice Hortefeux ne sont pas les meilleurs amis du monde. En témoigne notamment le SMS incendiaire envoyé par la première au second, introduit par un cinglant: "Salut le facho!".

Dans des confidences publiées par Le Monde ce jeudi 20 juillet, l'ex-garde des Sceaux revient sur ses relations avec son meilleur ennemi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles sont exécrables.

"Pendant la dernière campagne présidentielle, parce qu'il fallait se réconcilier, je montais dans l'avion avec lui, mais je le saluais en disant: 'Bonjour, le guignol', puis je disais: 'Vous ne trouvez pas que ça sent le nazi ici?' Le grand facho, il se cachait derrière son journal, les hôtesses étaient mortes de rire!", raconte-t-elle.

Outre ces incartades verbales, Rachida Dati explique également en être venue aux mains avec l'ancien ministre de l'immigration et de l'identité nationale. "Un jour, devant un ascenseur, je lui dis: 'Alors le facho, ça va?' Il me répond: 'Ça va, intrigante.' Là, je me retourne et je lui mets un coup de poing dans la gueule, et il se mange le miroir", raconte-t-elle. Une altercation à laquelle a dû mettre fin Nicolas Sarkozy. "'Qu'est-ce que t'as encore fait?' Je lui dis: 'Il m'a insultée.' Et lui:'Arrête de le chercher'", remet-elle.

Mais que Brice Hortefeux se rassure, il n'est pas le seul à en prendre pour son grade. Plus loin, Rachida Dati revient sur ses rapports houleux avec Nathalie Kosciusko-Morizet, une autre bête noire de la maire du VIIe arrondissement de Paris. "Humainement, je ne l'aime pas du tout", avoue-t-elle. Et Rachida Dati d'illustrer ses sentiments: "L'armoire de mon bureau a pour moi plus d'intérêt qu'elle".

LIRE AUSSI: