Devant la préfecture de Nanterre, même les septuagénaires dorment sur le bitume pour leur titre de séjour

Publication: Mis à jour:
Imprimer

IMMIGRATION - "Chapeau le gouvernement"... Depuis des semaines, les personnes d'origine étrangère qui veulent compléter leurs démarches administratives, comme le renouvellement d'un précieux titre de séjour, doivent attendre de longues heures à l'extérieur de la préfecture de Nanterre, en banlieue parisienne. Mercredi matin 19 juillet, Le HuffPost France a filmé une file interminable de plus de 500 personnes, dès 7h du matin. Plusieurs personnes avaient même passé la nuit sur un simple morceau de carton posé sur le bitume.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article, personne n'est épargné par cette situation ubuesque. Hommes, femmes et enfants d'origine étrangère doivent s'armer de patience pour obtenir un ticket d'entrée, dans la chaleur accablante ou sous la pluie. Même Salah, 77 ans, ex-travailleur dans les mines du Nord et chez Renault, est arrivé la veille dans l'espoir d'entrer à la préfecture. "J'ai dormi sur le trottoir", explique au micro du HuffPost le vieil homme arrivé en France en 1964.

Plusieurs personnes que nous avons rencontrées sont choquées par ces conditions d'accueil "inhumaines". Nordin, Marocain de 72 ans, nous livre notamment un témoignage dégoûté que vous pouvez également découvrir dans la vidéo ci-dessus.

Je tire mon chapeau au gouvernement. (Je vis depuis) 50 ans en France. Je paye mes impôts, je paye mes impôts locaux, j'ai tout payé. Mais, voilà le résultat...

-Nordin, 72 ans, originaire du Maroc.

La préfecture des Hauts-de-Seine est loin d'être un cas isolé en matière d'interminables files d'attente pour les étrangers en France. Des associations caritatives ou de défense des droits de l'homme, ainsi que des syndicats, ont déjà attiré l'attention sur des situations semblables à Strasbourg ou à Évry.

"On alerte depuis décembre sur la situation dans de nombreuses préfectures. Les services d'accueil des étrangers ne vont pas bien du tout", dénonce au HuffPost France Marie-Line Mistretta, secrétaire générale adjointe au syndicat national Force ouvrière des personnels de préfecture. "Il y a des moins de moins de fonctionnaires titulaires et de plus en plus de vacataires", déplore la syndicaliste, pointant également un été particulièrement chargé avec la crise migratoire et plusieurs réformes touchant les préfectures.

Dans un communiqué publié le 26 juin dernier, la préfecture des Hauts-de-Seine reconnaît une "forte affluence", à l'instar des autres départements d'Île-de-France, et invite les étrangers à repousser leur visite si celle-ci n'est pas urgente. Selon Le Parisien, des guichets supplémentaires ont été récemment ouverts pour faire face au "rush" de la période estivale. "Nous recourons à des volontaires pour remettre les titres de séjour et répondre aux demandes d'information afin de réduire la queue", explique le centre administratif au quotidien.

LIRE AUSSI: