Michel Boujnah à Carthage: "Le pétrole de la Tunisie, c'est les Tunisiens"

Publication: Mis à jour:
MICHEL BOUJENAH TUNISIA
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Malgré une vive polémique suscitée par sa venue, l'humoriste franco-tunisien Michel Boujnah est apparu ému sur la scène du Festival international de Carthage où il a raconté "sa vie rêvée".

Revenant sur son enfance en Tunisie mais également sur des sujets comme l'amour ou la mort, le spectacle de Michel Boujnah a été "beau et émouvant" a affirmé le cinéaste Brahim Letaief.

"Ma vie rêvée c'est de pouvoir parler des histoires d'amours que je n'ai pas vécu, que j'aurai bien aimé vivre, c'est ça ma vie rêvée aussi. Ma vie rêvée c'est d'être sur scène et pouvoir faire tout ce que je veux et dire tout ce que je ressens. C'est ça qui est important" a-t-il indiqué aux journalistes après sa représentation.

"Je suis très content et très ému d'être venu. Croyez-moi à la fin j'ai failli craquer plusieurs fois. (...) Ce n'est pas une représentation comme les autres pour moi. Je ne viens pas souvent...j'ai beau jouer partout même aux États-Unis, ici ce n'est pas pareil. Comme je l'ai dit, le vent me ramène toujours ici" indique-t-il en référence à la Tunisie, pays où il est né.

"Je suis très fier d'être venu parce que j'ai beaucoup d'admiration pour les Tunisiens puisque la grande fortune de la Tunisie, c'est les Tunisiens" a-t-il en outre soutenu ajoutant qu' "ici, il n'y a pas beaucoup de pétrole, mais il y a un pétrole extraordinaire, c'est le peuple tunisien".

En début de soirée, avant le début du spectacle, une manifestation contre la tenue de celui-ci a eu lieu à proximité de l'amphithéâtre de Carthage. Avec des slogans anti-sionistes, les manifestants ont réclamés la fin "de la normalisation avec le sionisme notamment à travers l'art".

Après quelques minutes de manifestations, quelques échauffourées ont eu lieu entre policiers et manifestants.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.