Tout va bien pour le Cloud mais pas pour Microsoft Algérie !

Publication: Mis à jour:
CLOUD
Cloud computing | Just_Super via Getty Images
Imprimer

Le cabinet IDC s'attend à une explosion du marché du Cloud Computing public. En effet, dans ses études prévisionnelles pour l’an 2020, IDC voit ce marché atteindre 203 milliards de dollars.

Ce chiffre révèle bien la création de nouveaux marchés qui vont certainement provoquer la mutation du secteur des IT et, surtout, la démocratisation de l’utilisation du Cloud public dans l’intégralité des secteurs. Ainsi, vers la fin de l’année 2017, IDC a indiqué que le marché mondial du Cloud public, largement dominé par les américains et dopé par l’augmentation du nombre des offres des fournisseurs de services, de logiciels ou d'infrastructures, atteindra 122,5 milliards de dollars.

Soit une augmentation de 24,4% par rapport à 2016. Selon ce cabinet, une entreprise américaine sur trois a opté pour cette nouvelle technologie informatique. Microsoft est l’exemple le plus édifiant. Le géant américain du logiciel s’est lancé dans un long processus de migration du monde PC vers celui du Cloud et des Services hébergés. Ce spectaculaire changement de cap ne sera pas une tâche facile dans la mesure où la firme de Redmond va changer sa politique d’emplois et la réorienter vers d'autres domaines.

En effet, la semaine dernière, Microsoft a annoncé de nombreux licenciements dans le monde, pour accompagner la migration du groupe vers le Cloud moins gourmand en ressources humaines. Cette suppression de postes pourrait concerner au total 10% de la masse salariale de la firme, soit jusqu’à 3000 emplois.

L’Algérie qui a accueillie en 2008 Steve Ballmer, l’ancien CEO de Microsoft, est concernée par cette vague de licenciements. Huit cadres de Microsoft Algérie ont reçu des avis de départ à partir du 20 octobre prochain. Recrutés en CDI (Contrat à Durée Indéterminée), ces cadres licenciés représentent 80 % du potentiel humain de la filiale algérienne de Microsoft.

La plupart d’entre eux ont travaillé pendant plus d’une quinzaine d’années dans cette société. Ainsi, ces vétérans de Microsoft Algérie n’ont pas de place dans la nouvelle feuille de route de Satya Nadella. Pour le CEO de Microsoft, ces suppressions d'emplois seraient axées sur la simplification du travail, en éliminant des couches de gestion afin de changer en profondeur les disciplines impliquées dans les activités d'ingénierie. En clair, Microsoft prépare la fermeture de plusieurs de ses filiales dans le monde.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.