"Un jour à Ghar el Melh", un documentaire qui fait découvrir ce petit coin de paradis (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Ghar El Melh, cette petite ville balnéaire de Bizerte, vous avez sans doute déjà entendu parler d'elle et de ses plages paradisiaques. Elle se présente, aujourd'hui, comme une destination prisée par les estivants tunisiens pendant les périodes de fortes chaleurs. Mais la connaissez-vous vraiment?

"Un jour à Ghar el Melh" est un documentaire de 6 minutes qui entre dans le cadre du projet "Pratiques culturelles de conservation de l'environnement" entrepris par le WWF NA (membre du consortium méditerranéen pour la culture et la nature) qui fait découvrir la ville sous un autre angle.

Soigneusement filmé, ce court métrage fait resurgir la mémoire d'une ville, son héritage culturel et sa beauté naturelle. À travers sa lagune, son port antique, son fort et son mausolée, la ville se dote d'un décor à couper le souffle.

Ghar el Melh ou Grotte de sel, anciennement appelé Porto Farina, est un cadre naturel authentique où l’agriculture et la pêche constituent l’essentiel de son économie locale. Le documentaire dévoile la richesse patrimoniale et culturelle de la ville, imbibée surtout de culture andalouse. Il montre, par ailleurs, les pratiques ancestrales, encore utilisées, qui s'avèrent bénéfiques à l'environnement telle qu' "El Gataya", cette technique locale et unique qui consiste à planter des végétaux autour des lagunes.

La broderie et le crochet, connus sous le nom de "chebkiya" font également partie du patrimoine de la ville. Une broderie, empruntée par les Andalous et conservée de génération en génération.

La richesse naturelle de la région lui a déjà valu son classement en tant que site humide d’importance internationale Ramsar depuis 2007, comme en témoigne son musée des zones humides Dar El Bhira.

Mais derrière ce décor paradisiaque se cache une triste réalité. La région souffre de la pollution urbaine et industrielle découlant notamment du déversement des eaux usées dans la nature et de la nuisance sonore provenant des zones industrielles limitrophes, outre la prolifération des constructions anarchiques.

À cet égard, des organisations internationales et locales dont WWF se sont mobilisées et sont en train de faire un travail de terrain remarquable pour renforcer les capacités locales de cette ville unique et faire de Ghar El Melh première ville Ramsar en Tunisie.

LIRE AUSSI: Tunisie: Ghar El Melh se veut une ville Ramsar en 2018

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.