Armes de guerre volées: cinq commandants de l'armée portugaise réintégrés dans leurs fonctions

Publication: Mis à jour:
WEAPONS
Getty Images
Imprimer

ARMÉE - Cinq commandants de l'armée portugaise ont été réintégrés dans leurs fonctions après leur suspension suite au vol d'explosifs et de munitions dans un dépôt d'armes à Tancos (centre), a annoncé l'armée de terre.

"Suite aux conclusions d'une enquête interne sur la sécurité et le contrôle des accès au dépôt, les raisons qui ont conduit à la suspension de ces militaires n'ont plus de raison d'être", a indiqué l'armée portugaise dans un communiqué publié lundi.

Selon l'agence de presse française AFP, qui reprend les propos du général Rovisco Duarte, les autorités militaires ont justifié ces suspensions car ils soupçonnaient les cambrioleurs d'avoir bénéficié de fuites émanant de militaires travaillant au sein du dépôt de munitions. "Pour avoir un incident de ce genre, il a dû y avoir des informations en interne". Ces derniers ont également profité du fait que le système de surveillance est en panne depuis deux ans.

La révocation des cinq responsables avait provoqué un tollé dans les rangs de l'armée, amenant deux généraux de brigade à demander à être relevés de leurs postes.

Disparition de matériel de guerre

L'Armée portugaise avait annoncé fin juin "la disparition de matériel de guerre, en particulier des grenades à main offensives et des munitions de calibre 9 mm".

Des "roquettes antichar, des grenades lacrymogènes, des explosifs, des bobines de fils pyrotechniques et des détonateurs" ainsi qu’une quarantaine de lance-roquettes seraient également dérobés par des inconnus tirant profit d’une panne du système de vidéosurveillance.

L'armée de terre a décidé ainsi de déployer le matériel de guerre stocké dans le dépôt de Tancos dans d'autres entrepôts de munitions au Portugal.

Réagissant à ces faits, le ministre portugais de la Défense José Alberto Azeredo Lopes avait déclaré qu’"il s'agit évidemment d'un incident grave", assurant que les enquêtes sont déjà en cours.

"Quelqu'un qui vole des grenades n'a certainement pas de bonnes intentions", a-t-il affirmé, notant que le "Portugal va de toute évidence informer ses alliés de la disparition de ce matériel de guerre".


LIRE AUSSI:

Cinq commandants de l'armée portugaise révoqués après le vol de grenades et de munitions