L'Algérie veut construire un câble électrique sous-marin entre Oran et Almeria en Espagne

Publication: Mis à jour:
GUITOUNI
ISTANBUL, TURKEY - JULY 12 : Algeria's Energy Minister Mustapha Guitouni delivers a speech during the 22nd World Petroleum Congress in Istanbul, Turkey on July 11, 2017. (Photo by Berk Ozkan/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

L'Algérie voudrait construire un câble électrique sous-marin entre l'Algérie et l'Espagne rapporte le journal espagnol La Voz de Almeria. Une demande claire a été formulée en ce sens par le ministre algérien de l'Energie M. Mustapha Guitouni lors du 30e anniversaire de la présence de la compagnie espagnole Cepsa en Algérie.

Ce câble, rapporte encore le journal espagnol, s'étendrait d'Oran à Almeria en parallèle avec le gazoduc Medgaz. Le ministre algérien de l'Energie aurait souligné à son homologue espagnol Alvaro Nadal, invité de marque de l’anniversaire de Cepsa à Alger, la nécessité d'interconnecter les deux pays.

Avec ce projet, sur lequel le gouvernement espagnol ne s'est pas encore prononcé, l'Algérie veut utiliser son propre gaz pour alimenter et financer plusieurs centrales électriques à cycle combiné.

Ne pouvant supporter seule le coût financier d'un projet aussi onéreux, l'Algérie compte sur l'Espagne et l'Union Européenne pour apporter leur contribution financière.

Selon le journal électronique espagnol la informacion, qui affirme détenir des détails du gouvernement espagnol, "l'Algérie voudrait que l'Espagne paie cette interconnexion électrique alors qu'elle n'en a pas expressément besoin."

Pour rappel, le gazoduc qui relie l'Algérie à l'Espane (Beni Saf- Almeria) a été livré en 2011. Il a déjà alimenté le système énergétique espagnole de 30 millions de mètres cubes en gaz.

Ce gazoduc, précise La Voz de Almeria est la propriété de Sonatrach et les deux fonds souverains d'Abu Dhabi et de Fenosa à hauteur de 43%, 42% et 15% chacun dans l'ordre cité.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.