Une première en Tunisie: Des médecins parviennent à préserver la fertilité d'une femme atteinte d'un cancer

Publication: Mis à jour:
MEDECINS
PMA Aziza Othmana
Imprimer

Avoir un enfant après des traitements lourds comme une chimiothérapie est désormais possible en Tunisie. La médecine progresse et la stérilité n’est plus une fatalité. En effet, le staff médical à l’hôpital Aziza Othmana a réussi, vendredi, à congeler un fragment ovarien prélevés chez une jeune femme qui était sur le point de recevoir une chimiothérapie. C'est une première en Tunisie.

Cette nouvelle technique permet de redonner l'espoir d'avoir des enfants aux jeunes mamans devant recevoir un traitement toxique pour les ovaires.

“Cette intervention médicale a pour objectif de préserver les personnes souffrant d’un cancer, des risques de stérilité encourus par la chimiothérapie”, a expliqué, samedi, Dr. Mohamed Khrouf, professeur agrégé au service de gynécologie et obstétrique au sein de l’hôpital Aziza Othmana, à l'agence TAP.

Il a noté que cette opération entre dans le cadre du programme lancé en 2014 et qui vise à congeler des ovaires et des spermatozoïdes avant le recours à tout traitement par chimiothérapie, précisant que près de 120 ovocytes ont été jusque là congelés.

Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, le chef de service de gynécologie et obstétrique au sein de l'hôpital Aziza Othmana, Fathi Zhioua a indiqué que le principe est de prélever tout un fragment du tissu ovarien pour le congeler par la suite. “Une fois la chimiothérapie achevée, ce fragment sera réimplanté dans l’utérus de la patiente qui sera ainsi en mesure d’avoir un enfant et reprendre une fonction ovarienne normale," a-t-précisé.

Dr Zhioua a noté, par ailleurs, que contrairement à la technique de congélation des ovules qui permet d'avoir recours à la fécondation in vitro, cette nouvelle technique permet d'avoir un enfant via une relation sexuelles normale.

LIRE AUSSI: Une première en Tunisie: Deux foetus sauvés par foetoscopie

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.