Les 5 recommandations pour passer à l'intégration économique au Maghreb

Publication: Mis à jour:
ECONOMY
PonyWang via Getty Images
Imprimer

Dans un billet publié sur weforum, Wadia Ait Hamza, responsable de l'engagement social à "The Americas, World Economic Forum", énumère les 5 recommendations pour réformer l'économie du Grand Maghreb.

Une puissance économique maghrébine, qui unit les 5 pays membres est possible selon Wadia Ait Hamza, "le potentiel est énorme dans la région, surtout si les pays travaillent ensemble" écrit-il.

Selon un rapport de la "World Bank" si l'intégration économique au Maghreb avait été mieux appliquée, le PIB par habitant aurait augmenté par 34% pour l'Algérie, 27% pour le Maroc et 24% pour la Tunisie, entre 2005 et 2015.

Pour en venir aux faits, d'après la Commission économique pour l'Afrique des Nations Unies, le commerce entre les pays du Maghreb ne représente que 4.8% de leur volume des échanges, et moins de 2% du PIB combiné de la sous-région.

"Si les 5 pays maghrébins s'impliquaient ensemble, chacun pourrait augmenter son PIB de 5% minimum" estime Wadia Ait Hamza. "Plutôt que de se focaliser sur les problèmes ou sur leurs origines, qu'elles soient idéologique ou économique, les pays du Maghreb devraient explorer les solutions. Pourquoi ne pas prendre exemple sur l'Europe, les pays du Golfe ou des pays de l'Afrique Occidentale, qui peuvent être perçus comme des cas d'intégration régionale réussie?" s'interroge-t-il.

Pour bénéficier d'une meilleure collaboration entre les pays maghrébins, ils doivent collaborer étroitement, dans le but d'appliquer les 5 recommandations, ci-dessous, suggérées par Ait Hamza:

1. Mettre en oeuvre la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux

Cela implique d'ouvrir les frontières entre les pays voisins et faire en sorte que l'infrastructure puisse convenir afin de circuler librement entre les différents territoires (routes et chemins de fer). "C'est fou comment les marchandises doivent passer par le port de Marseille au lieu de transiter directement entre l'Algérie et le Maroc" s'indigne l'auteur, et ce depuis que les frontières entre ces deux derniers pays ont été fermées en 1994, a-t-il précisé.

Selon Ait Hamza, l'infrastructure, la levées des tarifs de douane, des barrières d'échange et des quotas, sont les clés pour une économie unie et réussie. Les lois liées au commerce doivent aussi être standardisée à l'échelle Maghrébine pour faciliter les échanges.

2. Coopération sécuritaire

L'échange d'information garantira la sécurité sur toute la région. Ceci attirera les investisseurs étrangers ainsi que les touristes. La stabilité politique et la sécurité sont primordiales pour attirer les investisseurs étrangers, ainsi que les touristes. La coopération entre les 5 pays est essentielle et moins coûteuse.

3. "Fabriqué au Maghreb"

Au lieu d'exporter vers l'Europe, ou encore de se concurrencer les uns les autres, les pays du Maghreb devraient collaborer ensemble.

Chaque pays du Maghreb jouit de ses propres ressources, l'Algérie et la Libye riches en ressources pétrolières et peuvent subvenir aux besoins de leurs voisins. La Tunisie et le Maroc excellent dans les secteurs agricole et de services, et peuvent répondre aux besoin des autres pays du Maghreb.

4. Coopération avec le Sud

"Les pays du Maghreb ne devraient pas tourner le dos aux pays de l'Afrique Sub-Saharienne" pense Wadia Ait Hamza. La région sub-saharienne a longtemps était perçue comme une menace en terme de migration, de crime et d'idéologie politique. Mais ici, l'auteur la désigne comme une terre d'opportunité et comme la solution pour de multiples problèmes du Grand Maghreb. Elle devrait être considérée comme un partenaire économique et politique, pense le spécialiste.

5. L'intégration politique

Une politique sociale commune est essentielle pour réussir l'intégration économique. Un processus qui doit commencer avec le renforcement du rôle de l'Union du Maghreb Arabe. La politique sociale peut concerner l'éducation, les affaires étrangères et les institutions politiques communes, propose l'économiste.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.