Mort d'Abou Bakr al-Baghdadi: le Kremlin et les renseignements kurdes expriment leurs doutes

Publication: Mis à jour:
ABU BAKR AL BAGHDADI
Le chef de l'EI a déjà été donné pour mort de nombreuses fois | Reuters TV / Reuters
Imprimer

TERRORISME - La disparition de l'auto-proclamé calife de l'"État Islamique", Abou Bakr al-Baghdadi, a été de nouveau remise en cause. Le Kremlin et les renseignements kurdes ont exprimé leurs doutes.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait confirmé, le 11 juillet, la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi auprès de hauts responsables de l'EI présents en Syrie. Ce décès, démenti de nombreuses fois déjà, a été de nouveau réfuté.

Le chef des renseignements kurdes, Lahour Talabani, a affirmé à Reuters qu'il était toujours vivant. "Nous en sommes sûrs à 99%", a-t-il déclaré. "N'oubliez pas qu'il est issu d'Al Qaïda en Irak. Il a échappé aux services de sécurité. Il sait ce qu'il fait."

De son côté, le Kremlin a aussi remis en cause la mort du chef du groupe terroriste. Alors que l'armée russe avait déclaré avoir "probablement" tué Abou Bakr al-Baghdadi lors d'un raid mené fin mai en Syrie, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, s'est exprimé pour remettre en question cette allégation. "L'information qui nous arrive est contradictoire et est en train d'être vérifiée par nos agences de renseignement. Nous n'avons pas d'information sûres", rapporte ainsi l'AFP.

Le chef de l'EI n'avait plus donné signe de vie depuis un enregistrement audio diffusé en novembre, peu après le lancement de l'offensive sur Mossoul, dans lequel il exhortait ses hommes à lutter jusqu'au martyre.

LIRE AUSSI: