Vous n'aimez pas ses concerts anti-Trump? Roger Waters vous conseille d'"aller voir Katy Perry"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

MUSIQUE - Des meetings anti-Trump. C'est un peu ce à quoi les shows du co-fondateur des Pink Floyd, Roger Waters, ressemblent. Actuellement en tournée dans tous les Etats-Unis, l'ancien bassiste du groupe a donné une tonalité très engagée à ses shows.

Les fans, venus assister à la tournée "Us + Them" qui a commencé le 26 mai dernier, ont pu y découvrir un cochon gonflable à l'effigie de Donald Trump ou encore des images représentant le président américain et son homologue russe Vladimir Poutine en "gros bébés et en Hitler" comme l'explique cet article de CNN. Sont également projetées des photos de manifestants du mouvement "Black Lives Matter".

"Roger Waters a fait une déclaration politique à l'occasion de la clôture du 3e soir du festival Desert Trip"

A post shared by Roger Waters (@rogerwaters) on

Tous ces messages politiques ont un sens important pour le musicien qui sort son premier album studio depuis vingt-cinq ans, lui aussi engagé comme on le devine au titre: "Is This the Life We Really Want?", littéralement "est-ce vraiment la vie que nous voulons?"

A post shared by Roger Waters (@rogerwaters) on

Car pour Roger Waters, la musique est aussi une question d'engagement comme il explique à CNN:

"Pour moi, tu dois choisir entre faire les choses bien ou faire ce qui te rapporte le plus d'argent." Et si selon le bassiste de soixante-treize ans, "vous recherchez un échappatoire aux autres" ou si "vous voulez une vie dans une tour d'ivoire où tout le monde est un ennemi et que vous devez construire un mur, (...) ce que le leader que vous avez élu pense être une bonne idée", "allez plutôt voir Katy Perry".

Katy Perry qui a pourtant largement soutenu la candidate démocrate Hillary Clinton lors de la présidentielle, mais ne fait visiblement pas partie de ce que Roger Waters considère comme les artistes engagés et au message pouvant déplaire.

I'M WITH HER❗️#demdebate

A post shared by KATY PERRY (@katyperry) on

Un concert à la frontière mexicaine

Roger Waters a décidé d'aller plus loin en annonçant en février vouloir se produire à la frontière qui sépare le Mexique des Etats-Unis, là où Donald Trump projette de construire un mur. Mieux encore, le musicien souhaite rejouer l'album "The Wall" des Pink Floyd comme il l'avait fait en 1990 devant les vestiges du mur de Berlin, un an après sa chute. Il a expliqué à l'AFP que l'album, sorti en 1979, "est vraiment d'actualité maintenant" car il raconte "à quel point construire un mur peut porter préjudice à l'individu, mais aussi à une plus grande échelle."

Un engagement qui séduit les fans même si, comme l'avoue Roger Waters, certains quittent le concert. Ça n'en concerne "que dix par soir, peut-être", relativise-t-il.

LIRE AUSSI: