Tenue à Rabat de la session extraordinaire du Conseil national du PJD

Publication: Mis à jour:
19959300_1448017131932086_7867700191438646813_N
PJD/Facebook
Imprimer

POLITIQUE - Le Parti de la justice et du développement (PJD) a tenu, samedi à Rabat, une session extraordinaire de son Conseil national, en séance plénière, dédiée à l'approbation des projets relatifs au 8ème Congrès national prévu avant la fin de l'année en cours.

Dans une déclaration à la presse, avant le lancement des travaux de cette session, le président du Conseil national du PJD, Saâd Eddine El Othmani, a indiqué que l'ordre du jour de cette session extraordinaire, organisée à la demande du secrétariat général, "prévoit de fixer une date pour la tenue du congrès national ordinaire du parti, approuver le nombre de congressistes et des membres du congrès ainsi que la procédure du choix des délégués, soulignant qu'en cas d’approbation du conseil national lors de cette session, le comité préparatoire entamera ses travaux pour l'organisation des congrès locaux au niveau provincial en vue de choisir les délégués".

"Contexte marqué par de grands enjeux politiques"

"Cette session extraordinaire du "parti de la lampe" se tient dans un contexte marqué par de grands enjeux politiques pour la nation d'abord et pour le parti ensuite", a affirmé le chef du gouvernement dans une allocution d'ouverture publiée sur le site électronique du parti, notant que "le PJD assume une responsabilité historique compte tenu de sa position dans le gouvernement et de sa participation dans la gestion de la chose publique sur différents niveaux".

Le parti se doit aussi d'assumer une "responsabilité historique qui nécessite une grande vigilance, une maturité, une vision futuriste et faire montre d'une grande cohésion", a-t-il dit, soulignant que le fait d'être conscient des exigences et des difficultés conjoncturelles est impératif pour pouvoir continuer concrètement sur la voie de la réforme. "Il ny 'a pas d'autre issue que d'œuvrer ensemble à la préservation de l'unité du parti et de sa cohésion", a-t-il martelé.

Dynamique de préparation du prochain congrès national

De son côté, Mustapha El Khalfi, membre du secrétariat général du PJD, a indiqué que le parti "est impliqué dans la dynamique de préparation du prochain congrès national, en tant qu'échéance reflétant la volonté du parti à renforcer et consolider sa cohésion à la lumière des développements que le Maroc a connus depuis les dernières élections".

Sur le site électronique du parti, El Khalfi a fait savoir que le PJD "poursuivra son action qui reflète les espoirs d'une large catégorie de la société, estimant que les étapes qui suivront la tenue du conseil et du congrès nationaux, renforceront la performance du parti en matière de réforme".

Le Secrétariat général du PJD avait décidé la semaine dernière la tenue de la session extraordinaire du Conseil national du parti et chargé le comité préparatoire d'élaborer un projet d'adhésion qui sera présenté au congrès pour approbation.

Un troisième mandat pour Benkirane?

Benkirane ne conteste pas d'ailleurs l'idée d'un troisième mandat. "Ma mission s’est terminée d’un point de vue légal", a-t-il affirmé selon PJD.ma, précisant, toutefois, que toute décision n'appartient qu'au parti et non à lui: "Dans le cas où les camarades auraient un autre avis… On n’en sait rien de ce qu’ils pourraient revendiquer ou de là où ils trouveraient leurs intérêts… A ce moment-là, un autre débat s'ouvrira… De toute façon, je ne veux pas rentrer dans le sujet".

LIRE AUSSI: