Terrorisme: 5 à 20 ans de prison ferme contre les "soldats du califat au Maroc"

Publication: Mis à jour:
JUSTICE
Cette cellule était baptisée "Jund Al-Khilafa au Maroc", les soldats du califat au Maroc | Chris Ryan via Getty Images
Imprimer

JUSTICE - La chambre criminelle de première instance, chargée des affaires de terrorisme à Salé, a prononcé, jeudi soir, des peines allant de cinq à vingt ans de prison ferme, à l'encontre de onze prévenus condamnés dans des affaires liées au terrorisme.

La chambre a ainsi condamné à vingt ans de prison ferme l'accusé principal, dix-huit ans de prison ferme deux autres accusés, dix ans de prison ferme cinq autres et cinq ans de prison les trois qui restent.

Les chefs d'accusation retenus contre eux sont "la constitution d'une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d'un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l'ordre public, détention d'armes, d'explosifs et de munition contrairement aux dispositions de la loi, apologie d'actes et d'organisation terroristes et persuasion d'autrui à commettre des actes constituant un crime terroriste".

Les services de police avaient indiqué dans un communiqué être parvenues, en septembre 2015, à démanteler cette cellule, qui s'activait dans plusieurs villes du royaume. Celle-ci prévoyait des "plans destructifs visant à porter gravement atteinte à l'ordre public", avaient indiqué la police, ajoutant que les membres de cette cellule, baptisée "Jund Al-Khilafa au Maroc" ("les soldats du califat au Maroc"), était alliée à Daech.

La chambre a également condamné, dans un autre dossier, à deux ans de prison ferme trois autres accusés pour "constitution de bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes", et "incitation et apologie à des actes constituant un crime terroriste".

LIRE AUSSI: