Dubaï lance un service d'ambulances pour les femmes

Publication: Mis à jour:
GIUSEPPE CACACE
Philippines doctor Maria Lagbes sits in a pink ambulance of the Women Responders team in Dubai on July 13, 2017.Four women, two medics and two drivers, are leading the pilot project for a women-only pink ambulance service that aims to expedite medical care by helping patients feel more at ease. / AFP PHOTO / GIUSEPPE CACACE (Photo credit should read GIUSEPPE CACACE/AFP/Getty Images) | GIUSEPPE CACACE via Getty Images
Imprimer

Après les "taxis roses", Dubaï s'est récemment doté d'ambulances conçues uniquement pour les femmes, dans le but de rendre l'offre médicale plus efficace.

Quatre femmes --deux secouristes et deux conductrices-- se tiennent prêtes 12 heures par jour, sept jours sur sept, à venir au secours de leurs "soeurs" à Deira, un quartier du vieux Dubaï.

giuseppe cacace

L'idée est d'aider les patientes à se sentir à l'aise, explique Bashayer al-Rimm, une secouriste émiratie.

"Dans notre société arabo-musulmane, lorsque les patientes appellent à l'aide, elles veulent préserver leur vie privée", souligne-t-elle.

"Un premier secouriste homme peut --et bien sûr, doit-- répondre à tous les malades mais la logique derrière le nouveau service est de se demander comment mettre les femmes plus à l'aise pour leur apporter une assistance médicale d'urgence", ajoute-t-elle.

giuseppe cacace

Le service public Femmes Secouristes a effectué 25 interventions depuis son lancement il y a trois semaines à Deira. Les employées sont formées pour fournir une assistance en obstétrique, gynécologie et pédiatrie.

Un service de taxis roses, dirigé par des femmes et servant des femmes et leurs enfants, reste populaire dix ans après son lancement dans l'émirat, devenu une destination touristique.

Maria Lagbes, une secouriste philippine qui a rejoint l'équipe Femmes Secouristes, estime que le service d'ambulances roses a déjà aidé à améliorer les soins apportés aux patientes.

"Les femmes, particulièrement dans ce pays, sont plus hésitantes lorsqu'elles sont entourées d'hommes médecins", a-t-elle constaté.

"Après avoir travaillé avec des hommes, je peux voir la différence. Je pense qu'une équipe féminine peut fournir un service médical plus efficace ici", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Bashayer al-Rimm assure que "les retours sont déjà très positifs". "Les gens disent que c'est très utile", s'est-elle réjouie.

Après Deira, le projet sera étendu à Bur Dubai, un autre quartier populaire du vieux centre de la ville de Dubaï. Une nouvelle équipe est déjà en formation.