Pourquoi le 14-juillet ne célèbre pas l'événement que vous croyez

Publication: Mis à jour:
Imprimer

"Le plus beau jour de l'Histoire de France, et peut-être même de toute l'Histoire". C'est en ces termes que le sénateur républicain qualifie en 1880 le 14 juillet...1790. Largement oubliée aujourd'hui, souvent absente des livres d'écoles, cette date est celle de la Fête de la Fédération à Paris, une vague de réconciliations unissant les partisans du roi et ceux de la République. C'est l'événement qu'une large partie des parlementaires souhaitaient commémorer en faisant de cette date la fête nationale.

À l'époque, la très jeune IIIe république française se cherche des symboles susceptibles d'unir républicains, radicaux, bonapartistes et royalistes: le 14 juillet, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article, avait l'avantage d'incarner à la fois la fougue de la révolution de 1789, et la réconciliation dans une ambiance festive comme en 1790.

Pour ne froisser personne, l'auteur de la loi, le député de Paris Benjamin Raspail, et son rapporteur au Sénat, Henri Martin, vont donc décider de ne faire aucune référence à une année en particulier. Le texte sera donc un modèle de sobriété, pour ne pas dire de flou artistique : "La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle." Dans cet article unique, une référence implicite à deux années aux enjeux bien différents. L'une d'elle semble avoir mieux résisté à l'épreuve du temps.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.