Le Conseil de l'Ordre des Médecins Dentistes veut moins de dentistes tunisiens diplômés à l'étranger

Publication: Mis à jour:
DENTIST
Portra via Getty Images
Imprimer

Le conseil national de l'ordre des médecins dentiste a publié en début de semaine un communiqué dans lequel il a annoncé son retrait dès la fin de ce mois de la commission d'équivalence des diplômes.

Cette décision vient suite aux demandes du conseil restées sans suite afin de trouver une solution à l’afflux considérable d'étudiants dentistes tunisiens de retour en Tunisie. Cet afflux à été, selon le conseil, la principale cause de la dégradation du secteur et l'augmentation du taux de chômage chez les jeunes médecins dentistes diplômés en Tunisie.

La CNOMDT a également annoncé dans son communiqué l'arrêt de toute inscription d'étudiants venant d'autres domaines par le biais du programme de réorientation universitaire.

Il a aussi été convenu de limiter le nombre d'inscriptions d'étudiants en médecine dentaire diplômés à l'étranger à seulement 15 inscriptions annuelles, et 100 inscriptions annuelles pour les étudiants diplômés de la faculté de médecine dentaire de Monastir.

Le communiqué a également été envoyé sous forme de lettre informative à la ministre de la Santé, Samira Merai, ainsi qu'au ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Slim Khalbous.

Selon Tarek Bahlous, secrétaire général du conseil régional de l’ordre des médecins dentistes dans la région du nord-ouest dans une déclaration accordée à la TAP, 160 médecins dentistes ont fermé leurs cabinets en 2016 et que 950 médecins dentistes sont au chômage.

Il a, à cet égard, rappelé qu’un accord a été signé en 2015 entre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le CNOMDT, le syndicat Tunisien des médecins dentistes de libre pratique et la faculté de médecine de Monastir selon lequel le nombre d’étudiants orientés, chaque année, vers la faculté de médecine dentaire ne doit pas dépasser 120 étudiants avec une révision à la baisse de ce nombre au cours des trois prochaines années.

Le ministère de tutelle, a-t-il dit, n’a pas respecté cet accord en réorientant plusieurs étudiants vers la faculté de médecine dentaire et en accordant une équivalence de diplômes à un très grand nombre des diplômés de facultés étrangères.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.