Retrouvez l'actualité High-tech en bref

Publication: Mis à jour:
TECHNOLOGY
Hoxton/Tom Merton via Getty Images
Imprimer

Samsung s’attend à un bénéfice record grâce aux ventes de mémoires

Samsung Electronics s’attend à un bénéfice record au deuxième trimestre, et devrait dépasser le numéro un mondial des semi-conducteurs, l'américain Intel, en termes de chiffre d'affaires, grâce à ses ventes de mémoires. Selon Reuters, le géant sud-coréen figure parmi les grands bénéficiaires de la demande croissante pour les processeurs utilisés dans les serveurs et les smartphones.

Samsung a déclaré la semaine dernière qu’il prévoyait d'investir quelque 18,6 milliards de dollars en Corée du Sud afin de renforcer sa domination dans le secteur des puces et des écrans de nouvelle génération pour smartphones.
"A partir du deuxième trimestre, Samsung sera le numéro un en termes de part de marché grâce au récent développement des centres de données et à la demande pour les disques SSD (solid-state drives), a écrit Peter Lee, analyste chez NH Investments & Securities, dans une note à ses clients.

Les solides ventes du Galaxy 8, lancé en avril, devraient avoir contribué à ce résultat et avoir permis à Samsung de rester le numéro un mondial du secteur devant Apple. Samsung devrait vendre 49 millions de S8 d'ici la fin de son exercice fiscal, un chiffre conforme aux ventes du Galaxy S7, lors de sa première année de lancement, a estimé Tom Kank, analyste chez Counterpoint, cité par Reuters.

Le bénéfice de LG Electronics au 2e trimestre ne correspond pas aux attentes

LG Electronics Inc a estimé que son bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre avait augmenté de 14% par rapport à l'an dernier, mais ne correspond pas aux attentes, en raison de mauvaises performances de la division mobile. LG Electronics, le 2e fabricant mondial de télévision par les ventes après Samsung Electronics, a rapporté un bénéfice préliminaire d'avril à juin de 664 milliards de wons (574,49 millions de dollars).

Les revenus ont probablement augmenté de 3,9% pour s'établir à 14,6 trillions de won. "Il est probable que les pertes de la division mobile dépassent les 100 milliards de won, alors que la rentabilité pour les téléviseurs et autres appareils était un peu plus faible que les prévisions", a déclaré un analyste de Dongbu Securities. Selon les analystes, l’activité mobile de LG a probablement enregistré une perte d'exploitation pour le neuvième trimestre consécutif en raison des ventes modérées et des coûts de marketing accrus pour son nouveau smartphone G6 lancé en mars. Certains analystes ont également déclaré que les prix des écrans d'affichage sont restés élevés au cours du deuxième trimestre, ce qui a miné les marges pour l’activité téléviseurs.


Google faire fonctionner son data center néerlandais avec de l'énergie solaire

Google achètera toute l'électricité générée par le plus grand parc solaire aux Pays-Bas au cours de la prochaine décennie pour alimenter un centre de données récemment ouvert qui héberge des milliers de serveurs, a annoncé le géant de la recherche sur Internet et le fournisseur d'énergie, le belge, Eneco.

Cela fait partie de l'ambition de Google de transformer ses centres de données et ses bureaux entièrement en énergie renouvelable cette année, grâce à la forte baisse des prix de l'énergie éolienne et solaire. Le contrat avec Eneco, pour lequel aucun détail financier n'a été divulgué, fournira l'énergie renouvelable pour "plusieurs mois à venir, peut-être même plusieurs années", a déclaré Marc Oman, directeur européen de l'énergie chez Google.

L'accord intervient alors que les Pays-Bas contribuent à stimuler la production d'énergie renouvelable et investissent 12 milliards d'euros en 2017 dans les parcs éoliens offshores. Ouvert en 2016, le data center d’Eemshaven, qui a coûté environ 600 millions d'euros, est l'un des quatre data center que Google opère en Europe.


Le Kenya règlemente les médias sociaux avant les élections du 8 août

Avant les élections du 8 août, la Commission nationale de la cohésion et de l'intégration (NCIC) et l’Autorité des communications du Kenya (CA) ont publié des lignes directrices visant à restreindre l'utilisation des médias sociaux pour les messages politiques. Cela comprend le partage de contenus incendiaires via Facebook, Twitter et WhatsApp.

Selon le président de la NCIC, Francis Kaparo, les lignes directrices visent à empêcher la transmission de contenus politiques indésirables à l'aide de SMS et de messages sur les réseaux sociaux. Les utilisateurs de médias sociaux affichant des contenus politiques seront également tenus de révéler leur identité et leur affiliation politique.

Les lignes directrices imposent qu'aucun message texte ne soit en langue vernaculaire. En 2008, plus de 1300 personnes mortes en raison de la violence post-électorale qui a été largement attribuée aux discours de haine. Les contrevenants aux lignes directrices seront confrontés à une amende minimale de 1 million de dollars ou à une peine de prison n'excédant pas trois ans ou les deux. Il est indiqué que les personnes qui souhaitent partager un contenu politique dont il ne connaisse pas vraiment l’authenticité doivent d'abord obtenir l'autorisation du NCIC, 48 heures avant la publication.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.