Un personnage du prochain roman de Philip Pullman portera le nom d'une victime marocaine de l'incendie de la Grenfell Tower

Publication: Mis à jour:
GRENFELL TOWER
A woman places flowers for Anthony Disson, a victim of the Grenfell tower fire, ahead of his funeral in London, Britain, June 29, 2017. REUTERS/Hannah McKay | Hannah Mckay / Reuters
Imprimer

LIVRE - C'est un enseignant qui a voulu rendre hommage à son élève dont la vie a été arrachée par l'incendie de la Grenfell Tower. James Clements a été le professeur d'anglais de Nur Huda el-Wahabi, 15 ans, d'origine marocaine, qui a péri avec ses parents et ses deux frères dans ce terrible drame, le 14 juin.

L'enseignant a alors décidé de faire en sorte que son nom ne soit pas oublié. "Nous devons nous souvenir des noms des personnes qui n'ont pas survécu. Nous devons nous souvenir de leurs noms, nous souvenir de ce qui leur est arrivé et, en tant que société, faire en sorte qu'une telle chose n'arrive plus jamais", a-t-il déclaré au journal britannique Evening Standard.

"Les auteurs pour Grenfell"

James Clements a donc, "sur un coup de tête", raconte-t-il au journal britannique, participé à une vente aux enchères pour tenter de donner le nom de Nur Huda à un des personnages du prochain livre de l'auteur Philip Pullman. Ce dernier est connu notamment grâce à sa série de romans pour jeunes adultes "À la croisée des mondes". Nur Huda avait lu justement un des livres de cette série: "La Boussole d'or".

Au lendemain de la tragédie, Philip Pullman et d'autres auteurs comme Margareth Atwood ("La servante écarlate") avaient participé à la collecte au profit du fonds de la Croix-Rouge britannique dédié aux victimes de l'incendie, dans le cadre de l'action "Authors for Grenfell" ("Les auteurs pour Grenfell").

Certains avaient ainsi mis aux enchères des copies inédites et dédicacées. Philip Pullman, lui, a proposé aux bailleurs de fonds de donner le nom de leur choix à un personnage du second volet de sa nouvelle série de romans "The book of dust".

Le professeur d'anglais a ainsi fait une première donation de 1.500 livres sterling. Selon Evening Standard , 449 personnes ont adhéré à la démarche de l'enseignant en offrant, pour certains, des micro-donations de 10 ou 20 livres. Un total de 32.000 livres sterling ont été récoltées pour la Croix-Rouge et c'est James Clements qui a remporté l'enchère.

Une initiative soutenue par l'auteur lui-même:

En tout, la campagne d'enchères réalisée par les auteurs a rapporté plus de 150.000 livres sterling à la Croix-Rouge.

Une élève "travailleuse, assidue qui faisait tout pour réussir"

Suite à cette enchère, l'auteur, repris par The Guardian a déclaré: "Ayant été un professeur moi-même, je sais ce que j'aurais ressenti si un des mes élèves avait péri dans un tel désastre... Cette injustice m'a beaucoup touché, comme de nombreuses autres personnes. Je suis très heureux de voir le succès de l'initiative de James Clements. J'aurais aimé rencontrer Nur Huda, et je suis profondément désolé qu'elle soit morte. J'espère que le personnage auquel je donnerai son nom sera une personne qu'elle aurait aimé connaître".

Selon Evening Standards, Nur Huda a péri dans l'incendie avec son père Abdul Aziz, 52 ans, sa mère Fouzia, 42 ans, et ses frères, Yasin et Mehdi, âgés respectivement de 21 et 8 ans. Ces derniers auraient, selon le même journal, respecté les directives des secours leur recommandant d'attendre dans l'appartement et de poser des serviettes mouillées par terre.

Pour Richard Northover, directeur adjoint du collège où Nur Huda suivait sa scolarité, dont les propos ont été relayés par le journal, elle était "appréciée des professeurs et des élèves, chaleureuse et généreuse. Si quelqu'un faisait une blague dans la classe, elle aussi y contribuait avec un commentaire malin. Mais, elle était également travailleuse, assidue et faisait tout pour réussir".

79 personnes ont péri ou sont présumées mortes dans l'incendie de la tour.

LIRE AUSSI: