Le pétrole grimpe avec les premières données sur les stocks américains

Publication: Mis à jour:
OIL PRICES
A sharp drop in oil prices robbed the scene in the afternoon and halted what would be the third consecutive day of high in the Brazilian stock market. Without investing the political crisis of the radar, the Bovespa Index rose 1.16% in the morning, but reversed the trend and fell 0.78% in the afternoon, influenced to a large extent by the oil losses.But JBS shares were the highlight of the day, up 22.54%, by far the highest in the Ibovespa portfolio. Pivot of the political crisis, due to the rec | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole montaient nettement mercredi en cours d'échanges européens alors que les réserves américaines auraient reculé, selon les premières données de l'API, publiées avant les chiffres officiels attendus en cours de séance européenne.

Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 48,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 69 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'août gagnait 75 cents à 45,79 dollars.

Les cours de l'or noir confirmaient leur hausse de mardi, alors que l'American Petroleum Institute (API), fédération privée qui publie ses données hebdomadaires sur les réserves de pétrole, aurait fait état d'une baisse très marquée pour la semaine achevée le 7 juillet.

"Les réserves de brut auraient reculé de 8,1 millions de baril, ce qui explose les attentes d'une baisse de 2,9 millions de barils", ont commenté les analystes de PVM.

"Si ces données sont confirmées par l'EIA (Energy Information Administration, agence du département américain de l'Énergie ou DoE), il s'agirait de la plus forte baisse hebdomadaire depuis septembre, et mèneraient les réserves de brut sous les 500 millions de barils pour la première fois depuis janvier", ont-ils énuméré.

Les réserves de brut pourraient avoir reculé de 2,85 millions de barils, celles d'essence de 1,88 million de barils tandis que celles de produits distillés auraient augmenté de 692.000 barils, selon la médiane d'un consensus d'analystes interrogés sur les données du DoE et compilé par l'agence Bloomberg.

Si une baisse des réserves pourrait faire remonter les cours, "à moyen terme, le contexte reste peu encourageant, car la surproduction mondiale reste un problème. Sur ce sujet, l'Arabie Saoudite aurait dépassé la limite" fixée par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a noté Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group.

Alors que l'Opep est engagé depuis janvier dans un effort de baisse de la production, Bloomberg a en effet rapporté que la figure de proue du cartel, l'Arabie Saoudite, n'aurait pas respecté sa promesse de baisse de production en juin, une information contredite par d'autres articles de presse.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.