La bande de Gaza est peut-être déjà invivable, selon l'ONU

Publication: Mis à jour:
FILLETTE  GAZA
UNICEF
Imprimer

La bande de Gaza est peut-être déjà "invivable", a mis en garde mardi un responsable des Nations unies. L'enclave palestinienne surpeuplée et soumise à un blocus israélien inhumain depuis 10 ans maintenant, n'offre plus des conditions de vie décentes à ses deux millions d'habitants.

Ces dernières se détériorent "davantage et plus vite" que prévu, alerte un nouveau rapport des Nations Unies publié mardi.

Intitulé "Gaza: 10 ans après", le rapport montre que "la bande de Gaza a poursuivi sa trajectoire de "dé-développement", dans certains cas de manière plus rapide que nous ne l'avions prévu à l'origine », a déclaré le Coordinateur humanitaire et pour les activités de développement dans le territoire palestinien occupé, Robert Piper, dans un communiqué de presse.

Produit par l'équipe-pays des Nations Unies dans le territoire palestinien occupé, "le rapport fait le point sur certains indicateurs clés identifiés par une précédente étude de l'ONU de 2012 qui prévoyait que Gaza deviendrait ''inhabitable'' d'ici 2020 si aucune des tendances sous-jacentes n'étaient inversées.'

Le manque d'approvisionnement en énergie – 90 mégawatts disponibles ces derniers jours contre les 450 mégawatts nécessaires - est le signe le plus évident et récent de la détérioration des conditions de vie à Gaza, qui s'est ajouté à toute une série de problèmes chroniques et aigus qui font depuis partie de la vie "normale" quotidienne des Gazaouis.

Tous les "indicateurs vont dans la mauvaise direction", a ajouté Robert Piper, responsable humanitaire de l'ONU dans les territoires palestiniens, dans une interview accompagnant la publication du rapport.

"Nous avons prédit il y a quelques années que Gaza deviendrait rapidement invivable, en prenant en compte un grand nombre d'indicateurs, et ce moment se rapproche encore plus vite que nous l'avions prévu - (en matière d') accès à la santé, à l'énergie et à l'eau", a-t-il affirmé.

L'ONU appelle "Israël, l'Autorité palestinienne, le Hamas et la communauté internationale à prendre des mesures permettant des investissements plus durables pour le développement, un renforcement des secteurs productifs à Gaza, une amélioration de la liberté de circulation des personnes et des biens, ainsi que le respect des droits de l'homme et du droit humanitaire international".

"La menace d'une escalade renouvelée et plus dévastatrice augmentera et les perspectives de réconciliation intra-palestinienne diminueront - et avec elles, les perspectives de paix entre Israël et la Palestine", a avertit M. Piper.

Bien qu'une projection antérieure indiquant que l'aquifère côtier deviendrait inutilisable d'ici 2016 ait été repoussée pour la fin de l'année 2017, le rapport souligne que la seule source d'eau disponible de Gaza devrait être épuisée d'ici 2020, à moins que des mesures correctives immédiates ne soient prises.

Piégés dans cette triste réalité, les habitants de Gaza tentent bien que mal de vivre dans des conditions qualifiées par le rapport "de plus en plus misérables"..

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.