La vidéo de Zefzafi n'a pas été tournée à la prison d'Ain Sebaa selon l'administration pénitentiaire

Publication: Mis à jour:
ZEFZAFI
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

POLÉMIQUE - La vidéo publiée lundi par le site Barlamane - retirée depuis - dans laquelle on voyait Nasser Zefzafi dévoiler face caméra plusieurs parties de son corps, comme pour montrer qu'il n'avait pas subi de torture, n'a pas été enregistrée dans les locaux de la prison Ain Sebaa 1, a affirmé lundi la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

Cette dernière a dénoncé, dans un communiqué publié lundi soir, "la diffusion, sur des sites payés par des parties prétendant la défense des droits de l'Homme, de l’idée que la vidéo a fait l’objet d’une fuite de l’intérieur de l’établissement".

Après avoir visualisé la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, la DGAPR a tenu à préciser que le détenu "n’a jamais porté les vêtements apparus sur la vidéo, depuis qu’il a été placé à l’établissement pénitentiaire jusqu’à maintenant".

"Les caractéristiques matérielles du lieu où la vidéo a été enregistrée ne figurent dans aucune des salles de la prison locale Ain Sebaa 1", ajoute la même source.

Le procureur général du roi près la Cour d'appel de Casablanca a ordonné l'ouverture d’une enquête pour élucider les circonstances de l'enregistrement de cette vidéo et la finalité de sa publication, "afin de prendre les mesures légales nécessaires à la lumière des résultats de l’enquête", a indiqué la Cour d’appel de Casablanca dans un communiqué.

La publication de cette vidéo, présentée comme tournée dans la prison d'Ain Sebaa où Nasser Zefzafi est détenu depuis plus d'un mois suite aux événements d'Al Hoceima, a suscité la polémique lundi sur les réseaux sociaux. Beaucoup d'internautes et d'associations de défense des droits humains, à l'instar de l'AMDH, ont estimé qu'il s'agissait d'une atteinte à la dignité du prisonnier.

LIRE AUSSI: Devant le juge d'instruction, Nasser Zefzafi confirme l'existence de sa lettre et défend le hirak d'Al Hoceima