Téléphonie mobile: les pays de la région MENA devraient réformer la fiscalité pour une meilleure connectivité

Publication: Mis à jour:
MOBILE INTERNET
THe Snapchat app is seen on an iPhone on 10 May, 2017. Snap inc, Snapchats parent company recently announced it will allow users to make Snaps of indefinite length, a feature some say beats the point of the application. (Photo by Jaap Arriens/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Des pays de la région MENA pourraient améliorer l’accès à la connectivité mobile en réformant la fiscalité du secteur, affirme l’association représentant des industriels et opérateurs de téléphonie mobile, GSM Association (GSMA), dans son dernier rapport diffusé lundi à Londres.

Dans son rapport intitulé "Fournir une connectivité mobile au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA)", la GSMA, qui regroupe environ 300 industriels et plus de 800 opérateurs de téléphonie mobile et du service internet, rappelle les principales taxes appliquées aux opérateurs mobiles dans ces pays et a évalué l’impact d’une réforme fiscale permettant d’améliorer l'accessibilité et l'investissement.

Le rapport relève également que pour les pays de la région MENA, la téléphonie mobile constitue un facteur essentiel du développement économique et social. Elle représente 1,4 pour cent du PIB de la région, précise le document. L’association qui regroupe environ 300 industriels et plus de 800 opérateurs de téléphonie mobile et du service internet.

Il estime que dans les marchés concernés par l’analyse, la fiscalité a un impact "négatif" sur l'accessibilité pour les consommateurs et les investissements. Il souligne à cet égard que l'augmentation des taxes sur les entreprises et sur les revenus des opérateurs mobiles augmente les coûts et affecte négativement les investissements dans le secteur.

La recherche propose aux pays de la région MENA de réformer la taxe dans l’objectif d’atteindre des "avantages socio-économiques significatifs".

La GSMA estime qu’" il existe une opportunité unique pour les gouvernements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui souhaitent accéder à une connectivité et une intégration numérique plus grande". Elle propose la réduction des taxes imposée au secteur.

"La réduction des taxes de téléphonie mobile servira les intérêts des consommateurs, des entreprises et des gouvernements en réduisant les coûts, en encourageant l'adoption de nouveaux services mobiles et en stimulant le PIB et les recettes fiscales globales à plus long terme ", explique la recherche.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.