3 galeries tunisiennes à l'honneur de la prochaine foire 1:54 à Londres

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les galeries tunisiennes El Marsa, Selma Feriani et A. Gorgi participeront à la 5ème édition de la foire 1:54 de Londres, qui aura lieu à la Sommerset House du 5 au 8 octobre.

Malgré son jeune âge, la 1:54 a su rapidement s’imposer, parmi les événements phares du paysage artistique contemporain. Créé en 2013, par la jeune marocaine Touria El Glaoui, la foire d’art contemporain africain désormais incontournable, donne de plus en plus de visibilité à l’Afrique du Nord. Si elle reste à taille humaine face aux autres mastodontes du marché contemporain, son dernier rendez-vous londonien avait attiré près de 20.000 visiteurs.

fr

Une notoriété qui séduit de plus en plus de galeries, comme l’explique Lilia Ben Salah codirectrice de la galerie El Marsa qui participera à la foire pour la première fois cette année: "Nous suivons la foire depuis quatre ans, nous avons pu constater son sérieux et son envergure internationale. C’est aussi notre première foire londonienne et elle a lieu au moment de la Frieze, qui est une période importante dans le monde de l’art".

La galerie présente à Tunis et à Dubaï, exposera les peintures, sculptures et dessins de cinq artistes tunisiens, Atef Maatallah, Omar Bey, Thameur Mejri, Gouider Triki et Khaled Ben Slimane. "À travers différentes approches, techniques et générations, nous tentons de montrer les artistes qui ont marqué l’art contemporain du XXème siècle à nos jours", commente Lilia Ben Salah.

Après le succès de son exposition précédente, la galerie Selma Feriani Gallery exposera quant à elle les travaux de l’artiste tunisien Nidhal Chamekh, en solo pour cette édition.

"En montrant le travail de Nidhal l’année dernière à la 1:54, on a pu placer son travail dans la prestigieuse collection du British Museum et bénéficier de beaucoup d’intérêt de la part d’autres institutions anglaises. Cette année on lui a dédié une exposition solo", explique Selma Feriani, fondatrice de la galerie.

az

Selon Aïcha Gorgi, directrice de la galerie AGorgi Gallery, qui présentera cette année dans son stand les jeunes artistes tunisiens Aïcha Snoussi, Slimen El Kamel et Intissar Belaïd: "La foire a un impact énorme, elle donne de la visibilité à nos artistes et crée des contacts. Tout l’intérêt est de montrer la scène tunisienne contemporaine. Notre défi est de montrer le niveau tunisien".

Une telle présence permet en effet à ces galeries, déjà reconnues en Tunisie, de sortir du cadre local: "Ici (NDLR: à la 1:54) c’est le travail qui vous considère!", reconnaît la galeriste.

"Ce qui est intéressant chez nos artistes, c’est qu’ils sortent généralement des Beaux Arts de Tunis, qu’ils sont complètement formés en Tunisie et y restent… Ils amènent un vécu!", poursuit Aïcha Gorgi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.