Un parti politique tunisien appelle à la normalisation avec Israël en marge de la polémique Boujenah

Publication: Mis à jour:
ISREAL
Mussa Qawasma / Reuters
Imprimer

Alors que la programmation de l'humoriste français d’origine tunisienne Michel Boujenah à l'édition 2017 du festival de Carthage suscite encore la polémique entre ceux qui appellent au boycott de l'artiste en arguant que ce dernier est un pro-sioniste et pro-israélien et d'autres qui mettent en avant son attachement à son pays natal, la Tunisie, le Parti Libéral Tunisien a publié pour communiqué pour appeler à "épargner l'art et les artistes des polémiques politiques et ne pas se servir d'eux dans des campagnes populistes". (ci-dessous)

Il réclame par ailleurs des poursuites judiciaires à l'encontre de ceux qui mènent une campagne contre Boujenah.

"Il faut respecter son opinion sur n'importe quelle question politique surtout qu'on est en face d'un litige entre deux États étrangers", ajoute le communiqué.

Le Parti Libéral va plus loin en revendiquant la normalisation avec Israël dans tous les domaines en faisant allusion au "200.000 Tunisiens qui vivent en Israël et qui sont interdits de visiter leur pays natal, la Tunisie" conclut-il.

Interviewé par Nice Matin, Michel Boujenah a indiqué que "le spectacle à Carthage se fera", en réaction à la polémique.

À noter que le Parti Libéral Tunisie se présente comme un parti qui "prône naturellement le libéralisme politique, économique et social (...), plaide notamment pour le refus de l’instrumentalisation de la religion à des desseins politiques, tout en rejetant toute marginalisation ou exclusion d’une quelconque partie politique, partant de ses convictions qui appuient les libertés". Sa devise est Liberté/Égalité/Laïcité.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.