L'île japonaise d'Okinoshima, interdite aux femmes, inscrite au patrimoine mondial de l'humanité

Publication: Mis à jour:
OKINOSHIMA ISLAND
This September 30, 2016 picture shows a view of Okinoshima island, some 60 kilometres from Munakata city, Fukuoka prefecture.The island of Okinoshima and associted sites in the Munakata Region have been inscribed at the 41st session of the UNESCO World Heritage Committee held in Poland on July 9, 2017. / AFP PHOTO / JIJI PRESS / STR / Japan OUT (Photo credit should read STR/AFP/Getty Images) | STR via Getty Images
Imprimer

L'île d'Okinoshima, l'un des lieux les plus sacrés du Japon, représente une "valeur universelle exceptionnelle" pour l'humanité, même si elle est interdite aux femmes, a jugé dimanche 9 juillet l'Unesco.

Le Comité du patrimoine mondial de l'agence onusienne, réuni à Cracovie (Pologne), l'a inscrite sur sa liste des sites culturels les plus précieux de la planète.

Il est même allé au-delà là des recommandations de son organe consultatif, Icomos, étendant cet honneur à l'ensemble du complexe de temples Munakata Taisha, qui comprend plusieurs autres sites, comme l'avait proposé le Japon.

Pas de raison officielle pour l'interdiction aux femmes

L'île ne reçoit des visiteurs extérieurs qu'un jour par an, le 27 mai. Leur nombre est limité à 200 hommes qui doivent auparavant accomplir des ablutions dans la mer. Le reste du temps, un seul prêtre shintoïste y réside.

La raison pour laquelle les femmes ne peuvent pas poser un orteil sur cette île n'a jamais été officiellement formulée mais, comme le souligne le Guardian, il s'agirait d'une vieille croyance selon laquelle les femmes sont "impures" à cause des menstruations.

Pour entrer sur cette île, les hommes doivent se soumettre à un cérémonial: se déshabiller puis se baigner nus dans la mer pour se débarrasser des impuretés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.