ANSEJ: les dettes des entrepreneurs seront rééchelonnées mais pas effacées

Publication: Mis à jour:
ANSEJ3_851282_679X417
DR
Imprimer

Les mesures d'accompagnement prises au profit de certains jeunes entrepreneurs financés par l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (ANSEJ) consistent en un "rééchelonnement de la dette et l'annulation des pénalités de retard" et non pas un "effacement de la dette", a affirmé samedi le ministre du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali.

Les mesures prises au profit de certains jeunes entrepreneurs ayant bénéficié du soutien des dispositifs publics pour créer des micro-entreprises et qui ont rencontré des difficultés par la suite bénéficieront d'un rééchelonnement des dettes contractées pour la réalisation de leurs projets", a expliqué le ministre dans une déclaration à la presse, en marge de la réunion nationale des directeurs des organee de l'ANSEJ et de la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC).

Il a souligné qu'il ne s'agit pas d'un effacement de la dette, une mesure "à l'encontre des principes de entreprenariat et de l'esprit d'autonomie", selon lui.

Le rééchelonnement des dettes concerne uniquement les entrepreneurs dont les projets ont bénéficié d'un financement avant mars 2011, sachant que ces derniers n'ont pas profité des facilités et des avantages accordés après cette date.

Le ministre a affirmé à ce propos qu'un grand nombre de jeunes entrepreneurs se sont acquittés des crédits qui leur ont été alloués dans le cadre de la création des micro-entreprises, soulignant que 60% des crédits remboursés en 2016 ont été exploités pour le financement de nouveaux projets.

M. Zemali a rappelé que des mesures d'accompagnement sont prévues pour l'application des dispositions d'un article du code des Marchés publics qui prévoit de consacrer 20% de la commande publique locale au profit des micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs publics, afin d'assurer leur pérennité.

Il a indiqué par ailleurs que "le recrutement au sein de l'administration n'a pas été gelé", précisant que l'on encourage le placement des demandeurs d'emploi dans le secteur économique à travers les entreprises qui contribuent grandement à la création de richesses et d'emplois".

Le ministre a ajouté que l'action du gouvernement tend à encourager le placement des demandeurs d'emploi dans le secteur économique, affirmant que " le recrutement dans l'administration se fait en fonction des besoins exprimés".

S'agissant des jeunes bénéficiaires des dispositifs d'aide à l'insertion professionnelle, le ministre a indiqué que la priorité est accordée à cette catégorie dans les opérations de recrutement.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.