Transport: Marrakech améliore son accessibilité

Publication: Mis à jour:
Imprimer

VOYAGE - La capitale touristique du royaume entend bien garder son titre. Alors que Marrakech a accueilli près de 2 millions de touristes en 2016, les travaux vont bon train pour améliorer l’accessibilité de la ville et en faire une vitrine du Maroc à l’international.

La Banque africaine de développement (BAD), qui accompagne financièrement une série de projets liés au secteur du transport dans la région, a tenu à présenter l’avancement des travaux de ces projets lors d’une rencontre avec la presse vendredi 7 juillet. Première étape: le nouvel aéroport de la ville. Mêlant architecture arabo-musulmane et matériaux contemporains, le terminal inauguré fin 2016 par le roi et désormais opérationnel, a été élu cette année quatrième plus bel aéroport du monde par le site italien TGCOM24.

Esthétique mis à part, le nouveau terminal s’est surtout donné pour mission de faire gagner du temps aux passagers, tout en offrant un panel de services pour développer l’économie locale. "On travaille pour l’image de marque du pays. Nous sommes déjà bien rôdés depuis l’organisation de la COP22 en novembre dernier", confie Nawal Mounir, directrice de l’aéroport de Marrakech. Et qui dit événements d’envergure, dit augmentation du nombre de passagers.

De 3 à 9 millions de passagers

L’aéroport Marrakech-Ménara, qui pouvait accueillir jusqu’à 3 millions de passagers par an avant son agrandissement, peut ainsi accueillir 9 millions de voyageurs. "On a une projection d’augmentation de 7% en moyenne chaque année", explique Zakaria Harti, chef de la division exploitation de l’aéroport de Marrakech au sein de l’Office national des aéroports (ONDA). 300 emplois ont été créés, en plus des 3.000 postes déjà existants.

Sécurité renforcée, matériel de pointe, temps d’attente écourté – 20 minutes en moyenne suffisent après l’enregistrement pour passer tous les contrôles – zone de commerces duty free ultra moderne avec "barber shop", produits du terroir issus de coopératives solidaires et restaurants pour tous les goûts… Le confort du voyageur a clairement été l’objectif principal des travaux titanesques entrepris pour moderniser le terminal.

Financé à hauteur de 240 millions d’euros par la BAD - l’institution bancaire africaine est le seul bailleur de fonds présent sur ce projet - le nouvel aéroport a déjà accueilli, depuis janvier 2017, près de 2 millions de passagers, et enregistré une hausse de près de 10% par rapport à l’année dernière.

oncf doublement voie marrakech

Travaux de doublement des voies ferrées entre Settat et Marrakech, 7 juillet 2017

Casa-Marrakech en moins de 3 heures

La ville ocre ne compte pas seulement sur l’amélioration de l’accessibilité par avion, mais également par train. Alors que l’ONCF entreprend depuis 2012 une série de grands projets de mise à niveau des voies de chemin de fer et de construction de nouvelles gares, Marrakech se devait elle aussi d’agrandir son réseau ferroviaire.

Un projet de doublement des voies ferrées sur le tronçon Settat-Marrakech, dont les travaux devraient être terminés fin 2017, permettra ainsi un gain de temps d’une quarantaine de minutes pour les voyageurs qui font le trajet entre Casablanca et Marrakech, qui passera de 3h35 en moyenne aujourd’hui à moins de trois heures.

Le projet, qui a nécessité un investissement de 403,11 millions de dollars - 290,81 millions financés par l’ONCF et 112,3 millions par la BAD - porte sur le doublement de 140 kilomètres de voies entre Settat et Marrakech. "D’ici un mois, nous aurons bouclé 50% du projet. A la fin de l’année, le projet devrait être achevé", explique Rachid Fakihani, directeur de l’infrastructure et la circulation à l’ONCF dans la région sud.

A terme, 16 trains pourront circuler chaque jour de la capitale économique vers la capitale touristique du royaume au lieu de 9 aujourd’hui. La gare espère ainsi accueillir 6 millions de voyageurs à l’horizon 2020, contre 3,5 millions aujourd'hui. Des trains sans arrêts entre Casablanca et Marrakech sont également prévus et devraient mettre 2h15.

Le projet de doublement des voies permettra également d’augmenter l’activité "fret". D’ici 2020, une douzaine de train frets circuleront chaque jour entre les deux villes.

LIRE AUSSI: