Titi Robin : "Nous ne sommes qu'un élément d'une chaîne déjà très ancienne"

Publication: Mis à jour:
Imprimer

MUSIQUE - Le jeune prodige du guembri, Mehdi Nassouli, et le multi-instrumentiste français, Titi Robin, ont de nouveau joué ensemble sur scène le 1er juillet à Essaouira pour un concert inédit créé pour le festival Gnaoua et Musiques du Monde. Cette fois-ci, ils étaient accompagnés du chanteur indien Shuheb Hasan, du joueur de Sarangi Murad Ali Khan, et du percussionniste brésilien Zé Luis Nascimento.

Les festivaliers ont eu le bonheur d’assister au mariage des rythmes gnaoui, des chants soufi indo-pakistanais et des airs andalous, issus de la collaboration entre ces musiciens venus des quatre coins du monde.

"On a répété pendant trois jours, on a d’ailleurs passé l'Aid ensemble à Essaouira. C’était comme si la famille se réunissait", raconte au HuffPost Maroc Mehdi Nassouli. Ce natif d’Agadir a déjà collaboré avec de nombreux artistes internationaux, dont Benjamin Taubkin, Justin Adams ou encore Andy Emler. En vrai gnaoui des temps modernes, il avait, d’abord, sillonné le Maroc pendant 10 ans pour comprendre les musiques traditionnelles de son pays et acquérir, ensuite, les connaissances des grands maâlems avant de se lancer dans cette alliance des cultures.

"Je ne mélange pas vraiment les styles, je creuse plutôt dans mes racines" explique-t-il. "Quand il y a une culture différente de la mienne, je pense tout d’abord au respect", ajoute Titi Robin. "Il y a bien sûr le plaisir de la rencontre, mais, pour échanger, il est très important d’écouter, de comprendre ce que l’autre musique signifie pour le public".

Les deux musiciens ont déjà travaillé ensemble sur deux albums, "Likaat" en 2011 et "Taziri" en 2015, décrit par Titi Robin comme "un blues méditerranéen", pour lesquels ils ont partagé plusieurs scènes en Europe. Très complices, les deux musiciens comptent poursuivre cette aventure qui a donné vie à un son nouveau. "Nous ne sommes qu’un élément d’une chaîne déjà très ancienne", conclut Robin, expliquant que l’union des cultures a toujours eu lieu.

LIRE AUSSI: