Simone Veil et son époux Antoine reposeront au Panthéon, annonce Emmanuel Macron

Publication: Mis à jour:
Imprimer

POLITIQUE - "J'ai décidé, en accord avec sa famille, que Simone Veil reposerait avec son époux au Panthéon". Concluant la cérémonie d'hommage national rendu ce mercredi 5 juillet à Simone Veil, Emmanuel Macron a annoncé la panthéonisation prochaine de celle qui fut rescapée de la Shoah avant d'être l'égérie de "tous les combats du siècle dernier pour les femmes, l'Europe, la justice et la dignité humaine".

"Vous avez, madame, prodigué à notre vieille Nation des dons qui l'ont faite meilleure et plus belle", lui avait rendu hommage au préalable le président de la République, en lui témoignant "l'immense remerciement du peuple français à l'un de ses enfants tant aimés".

Comme le demandait sa famille, l'ancienne ministre de la Santé, dont la loi légalisant l'interruption volontaire de grossesse porte le nom, reposera dans ce temple républicain aux côtés de son époux Antoine Veil, qui accompagna fidèlement le parcours exceptionnel de la première présidente du Parlement européen désigné au suffrage universel.

Des pétitions signées par plusieurs dizaines de milliers d'internautes ainsi que de nombreuses personnalités, tout particulièrement issues du centre, avaient réclamé l'entrée au Panthéon de Simone Veil, et ce dès l'annonce de sa mort ce vendredi 30 juin.

"Simone Veil, pour sa vie et son parcours de survivante de la Shoah, d'avocate pour les Droits des femmes et d'européenne mérite le Panthéon", affirme l'une de ces pétitions soutenue notamment par la présidente LR de la région Île-de-France Valérie Pécresse ou par la comédienne espagnole Rossy de Palma. "Simone Veil est assurément l'une des femmes qui a le plus impacté l'Histoire de France de manière positive au XXème siècle, et ses actions bienfaitrices ont encore des échos aujourd'hui. Aussi, Simone Veil est assurément la femme la plus digne de figurer au Panthéon", soutenait une autre pétition sur change.org, signée par plus de 80.000 internautes, et notamment par l'ancienne patronne du Medef Laurence Parisot.

LIRE AUSSI: