Le prochain leader du parti travailliste israélien sera d'origine marocaine

Publication: Mis à jour:
COLLAGE
Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - Les membres du parti travailliste israélien votent pour élire le nouveau leader de la mouvance de gauche. Deux candidats sont au second tour, Amir Peretz et Avi Gabbay. Particularité: tous deux sont d'origine marocaine.

Amir Peretz, qui a dirigé le parti travailliste de 2005 à 2007, est né à Bejaâd dans la région de Beni-Mellal avant d'immigrer avec sa famille en Israël à l'âge de 4 ans. Une particularité qu'Amir Peretz n'a pas manqué de faire remarquer. "Le fait d'être né au Maroc est quelque chose dont je suis très fier, et je suis très content que la communauté Mizrahim (ndlr: communauté juive issue des pays arabes et du Moyen-Orient) voit en ma percée quelque chose dont ils peuvent être fiers", a déclaré l'ancien ministre de la Défense, repris par Haaretz.

Avi Gabbay est pour sa part né à Jerusalem de parents marocains. Il était à la tête d'une des principales sociétés de télécommunication israélienne et ministre de l'Environnement de 2015 à 2016.

"Booster l'intérêt pour le parti auprès de la population israélienne originaire du Moyen-Orient"

Selon le Los Angeles Times, "le succès de Peretz et Gabbay, tous deux d'origine marocaine, soulève la possibilité de booster l'intérêt pour le parti auprès de la population israélienne originaire du Moyen-Orient, qui rejette le parti travailliste comme étant un parti européen séculaire et lui préfère le Likoud de Netanyahu".

Haaretz rappelle pour sa part les scores de cette primaire, Peretz étant arrivé en tête avec 33% des voix contre 27% pour Avi Gabbay. Le second tour aura lieu le 10 juillet prochain.

Déjà leader du parti travailliste de 2005 à 2007, Amir Peretz avait à ce titre rencontré le roi Mohammed VI en 2006 à Fès. Ce dernier avait déclaré cette même année au journal L'Economiste que son élection à la tête du Parti travailliste israélien était "une victoire pour tous les Marocains, ceux qui vivent en Israël et ceux qui vivent au Maroc".

Amir Peretz a également été ministre de la Défense de 2006 à 2007. Il était à ce poste lors de la seconde guerre du Liban, en été 2006, un conflit qui a fait 1.109 victimes côté libanais et 55 côté israélien selon Human's right watch et considéré comme un "échec" par une partie de la presse israélienne.

La même année Abraham Serfaty avait même déposé une plainte au tribunal de Rabat contre ce dernier, pour crime de guerre, considérant que sa double nationalité marocaine le rendait éligible à un procès au Maroc.

LIRE AUSSI: