UGTT: La hausse du prix du carburant est une décision unilatérale qui vise à attaquer l'économie nationale

Publication: Mis à jour:
UGTT
Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

Réagissant à la hausse du prix des carburants, l'UGTT a publié un communiqué dans lequel elle pointe du doigt cette décision jugée excessive, abusée et non justifiée économiquement.

Dans son communiqué, l'UGTT estime que cette décision a été prise unilatéralement tout comme les décisions de lever les subventions, libérer les prix et les lier aux cours mondiaux en signalant, par ailleurs, que le baril n’a encore pas atteint le prix de 50 dollars, l’une des hypothèses fixées par le gouvernement pour l’élaboration de son budget 2017.

L'UGTT considère la hausse des prix du carburant comme étant une mesure parmi d'autres visant à attaquer l'économie tunisienne notamment par l’effondrement du dinar, la hausse du taux d’intérêt directeur et plusieurs autres mesures libérales qui ne servent que les capitaux étrangers, paralysent l'exportation, enfoncent les institutions dans le déficit en les conduisant à la fermeture, au démantèlement et entrainent la perte de milliers d'emplois.

Dans son communiqué, l'organisation syndicale s'étonne d'ailleurs du mutisme du gouvernement envers la dégringolade continue du dinar et l'appelle à prendre les mesures nécessaires et urgentes pour éviter l'effondrement de l'économie nationale.

En effet, cette décision est une violation de l'accord établi entre l'UGTT et le gouvernement concernant l'augmentation des salaires et qui stipule l'engagement du gouvernement pour contrôler les prix.

Selon l'UGTT, cette mesure accentue l'inflation devant l'incapacité du gouvernement à maitriser la hausse de prix, à limiter la spéculation et la croissance du marché parallèle.

La centrale syndicale met en garde contre les répercussions de cette hausse sur le coût du transport des marchandises, du transport public et de la production de l'énergie électrique, ainsi que sur la production industrielle et agricole. Elle avertit également contre une éventuelle hausse des produits de base et des services de première nécessité.

En conclusion, l'UGTT réclame la révision immédiate du salaire minimum garanti pour restaurer le pouvoir d’achat de la population à faible revenu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.