La Tunisie doit changer son image auprès de l'administration Trump indique le président du Conseil du Tunisian American Young Professionals

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Invité de la radio Express Fm, le président du Conseil du Tunisian American Young Professionals (TAYP) Mohamed Malouche est revenu sur la visite prochaine du chef du gouvernement Youssef Chahed aux États-Unis.

"Les relations entre la Tunisie et les États-Unis sont bonnes" a tenu à affirmer d'emblée Mohamed Malouche avant d'ajouter que "la Tunisie a de bonnes relations avec tous les pays. La Tunisie est appelée la suisse de l'Afrique".

Cependant note Mohamed Malouche, les relations avec les États-Unis "ne sont pas privilégiées". Si les relations "étaient privilégiées sous le mandat d'Obama","la concrétisation, l'aide et l'appui étaient un peu plus difficile" à mettre en oeuvre indique-t-il.

"Aujourd'hui, sous Donald Trump, les relations sont positives mais elles ne sont pas privilégiées, et la question qui se pose est: comment les élever à un niveau privilégié, de telle sorte que les 2 pays en sortent gagnants?!" interroge le président du Conseil du TAYP.

Pour changer l'image de la Tunisie auprès des États-Unis, la "visite du chef du gouvernement à Washington la semaine prochaine, vient à point nommé pour expliquer la proposition de valeur de la Tunisie et également pour travailler avec le Congrès car il y a un cycle budgétaire qui est entrain d'avoir lieu".

"Ce que j'ai remarqué aux États-Unis, c'est que la Tunisie est une priorité certes, mais elle est en perte de vitesse"

"Il y a un peu de lassitude vis à vis du printemps arabe. Même le message sur la démocratie passe un peu moins bien. Il y a une nécessité de changer son image car on ne peut pas rester dans ce disque rayé où depuis 6 ans, on répète la même chose" fait remarquer Mohamed Malouche qui voit la visite prochaine de Youssef Chahed à Washington comme une opportunité.

"Il y a une opportunité avec la visite de Youssef Chahed à Washington de changer cette image, de repositionner notre pays non pas dans le domaine de la démocratie en transition mais dans le domaine qui est la priorité de l'administration Trump à savoir la lutte contre le terrorisme, la sécurité, la lutte contre l'immigration..." explique-t-il, ajoutant qu'il faut mettre en avant "le laboratoire sécuritaire" qu'est la Tunisie avec ses victoires sur le terrorisme, mais également la terre de paix et de dialogue avec notamment l'obtention du prix Nobel de la paix.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.