Le festival Al Haouz opère un grand renouveau pour sa quatrième édition

Publication: Mis à jour:
AFFICHE INSTITUTIONNELLE _ FESTIVAL AL HAOUZ VWEB
Festival Al Haouz
Imprimer

FESTIVAL - C'est une programmation des plus ambitieuses qu'a concocté cette année le festival Al Haouz pour sa quatrième édition. Au programme de cette semaine chargée, conférences, ateliers, pièces de théâtres, lectures de poésies, projection de films, danse... Bref, tous les arts seront à la portée des habitants et des touristes du Haouz, dans la région de Marrakech, du 7 au 14 juillet. Le tout se déroulera à travers "11 sites qui incarnent la richesse culturelle et naturelle de la province d’Al Haouz", précisent les organisateurs de l'évènement dans un communiqué.

"L'objectif de ce festival est de faire un focus sur la richesse du patrimoine immatériel du Haouz", nous explique Claire Legoff, coordinatrice du projet. Une dizaine de sites sera ainsi investie, de Ait Ourir à Tinmel, en passant par Tamesloht, Ouirgane, Tahanouat et Moulay Brahim, entre autres.

carte

Un "reboot" pour 2017

Si le festival en est à sa quatrième édition, il opère un véritable "reboot" cette année avec un changement dans l'organisation. En effet, l'évènement était jusqu'en mars dernier organisé par la province. Désormais, ses clefs ont été remises à l'association Al Haouz pour la culture, l'éducation et le développement, présidée par le peintre Mohamed Mourabiti, et qui compte dans ses rangs de grands noms du monde artistique et culturel, à l'instar des peintres Mahi Binebine et Abderahim Yamou, du créateur de mode Albert Oiknine, du fondateur du festival Awaln'art Khalid Tamer, de l'auteur Mohamed Nedali, de l'architecte Salima Naji, de la directrice générale de l'Uzine Maria Daïf, ou encore de Taoufik Izzediou, chorégraphe et fondateur de l'événement On marche.

Du beau monde en somme pour un nouveau point de vue qui "est en partie issue de la volonté du gouverneur d'introduire une nouvelle équipe dans l'organisation de ce festival, qui a déjà eu lieu de 2013 à 2015", précise la coordinatrice de projet.

Valoriser le patrimoine et son potentiel

Car c'est un programme ambitieux qu'attend les festivaliers. "Quand Mourabiti a accepté le challenge, il a cherché à être le plus exhaustif possible par rapport au patrimoine culturel. Pour montrer les potentialités qu'il y a dans cette transversalité", explique Claire Legoff.

Un programmation dont l'ambition vient également de la "volonté de créer des rencontres entre le patrimoine traditionnel et la création contemporaine", précise-t-elle. "L'objectif est donc de recréer une dignité autour de ces patrimoines et de ces identités, tout en la faisant découvrir à des jeunes qui ne connaissent pas toute l'étendue de cette culture et son potentiel dans ses liens contemporains".

Une importance sera également accordée au trilinguisme, avec des ateliers et des conférences en arabe et en français, mais également des des lectures de poésie en langue amazigh.

Des partenaires expérimentés

Pour parfaire ce nouveau départ, le festival s'est également appuyé sur des partenaires "rompus à l'expérience", dit Claire Legoff. L'association a ainsi profité de l'expérience du festival Awaln'art, qui avait déjà organisé des évènements dans certains des villages où auront lieu le festival Al Haouz: "Mourabiti a pu voir comment Awaln'art avait fait bouger les choses et mobilisé les jeunes dans la région. Il a aussi observé comment l'inscription d'un évènement fort dans les villages a pu faire bouger les choses dans la durée", raconte Claire Legoff, qui précise "ce qui l'a poussé est aussi la vision politique menée par le gouverneur".

L'association ne compte pas en rester là et espère développer encore davantage sa programmation l'année prochaine. "Nous ne sommes pas encore présent dans tout le Haouz, mais c'est déjà un très bon début".

Pour retrouver la programmation détaillée de l'événement: Festival Al Haouz

LIRE AUSSI: