Remise de peines par le président Bouteflika au profit de détenus condamnés

Publication: Mis à jour:
ALGERIA JAIL
Algiers, ALGERIA: An Algerian policeman stands guard at the Serkadji prison as a statue of Turkish Kheireldine Barberousse is seen (left), in Algiers 04 March 2006. Scores of Algerian prisoners held over terrorist offences in an armed Islamist insurgency became free men Saturday, walking out of the capital's central prison to be welcomed by their families. The detainees, watched by an AFP correspondent, left the Serkadji jail in Algiers in groups of five to seven men at a time, beneficiaries of | FAYEZ NURELDINE via Getty Images
Imprimer

Le président Bouteflika a signé mardi, à l'occasion du 55e anniversaire de la fête de l'Indépendance et de la Jeunesse, deux décrets présidentiels portant remise totale ou partielle de peines au bénéfice des personnes détenues condamnées définitivement, a indiqué un communiqué de la Présidence de la République.

"Conformément aux dispositions de l'article 91 alinéa 7 de la Constitution conférant au Président de la République, le droit de grâce et le droit de remise ou de commutation de peine, (...) Abdelaziz Bouteflika a signé ce jour un Décret présidentiel portant remise totale ou partielle de peines au bénéfice de personnes détenues condamnées définitivement, ayant suivi un enseignement couronné de succès aux examens de la formation professionnelle, du Brevet de l'enseignement moyen, du Baccalauréat, ou de fin d'études universitaires au titre de l'année 2016/2017", précise le communiqué.

Le président Abdelaziz Bouteflika a également signé un second Décret présidentiel portant remise totale ou partielle de peines pour les personnes détenues condamnées définitivement, ayant fait preuve de bonne conduite.

Ces deux Décrets présidentiels excluent de leur champ d'application les détenus condamnés pour des crimes de terrorisme, de subversion, de trahison, d'espionnage, de trafic de stupéfiants, de corruption, de trafic de fausse monnaie et de contrebande, ainsi que les condamnés pour crimes ou délits ayant entrainé la mort, ou pour coups et blessures avec port d'armes", ajoute la même source.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.