La beauté des paysages tunisiens capturés par l'objectif de Bilel Ben Fayala (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Originaire de Kélibia en Tunisie, Bilel Ben Fayala est installé à Dubaï. Cet été, il est revenu avec sa caméra, capturer les beaux paysages de la Tunisie.

Kélibia, Sidi Bousaid, Hammamet, Haouria et Takelsa, il fait le tour, enchaînant les images des plages et des vieilles Medina, dans une vidéo rythmée et énergétique.

C'est par lui-même qu'il décide de filmer ses vacances en Tunisie, pour "montrer à mes amis la beauté de la Tunisie" explique Bilel au HuffPost Tunisie. "Beaucoup de gens associent la Tunisie au désert et aux chameaux, je voulais qu'ils voient la beauté de nos plages et de la mer turquoise, que c'est une superbe destination pour des vacances!".

Il vous emmène sur les rochers, sur les sables dorés et dans les profondeurs de la mer, un petit tour à la Medina ensoleillée et les sourires toujours affichés, "J'aime combiner la beauté de la nature avec la beauté humaine" décrit-il.

Après 8 ans de carrière en informatique, Bilel a décidé de quitter son job pour se consacrer à sa passion, la photographie et la vidéographie, un métier qu'il exerce depuis 18 mois. "J'ai tout appris par moi-même et avec l'aide de mes amis" raconte-t-il au HuffPost Tunisie, "C'est quand je me suis senti prêt que j'ai pris le risque de faire ce que j'aime".

Il ne regrette pas sa décision puisque ses clients se font nombreux. Vidéos de voyages, événements de mode, le monde de la nuit, les concerts, les vidéos d'entreprise et les films aériens avec les drones, "J'espère qu'on me donnera l'autorisation de réaliser un film aérien en Tunisie pour promouvoir notre pays à travers le monde, ce sera spectaculaire!" assure Bilel.

Avec près de 60.000 vues, sa vidéo est un succès sur la toile, il a même été appelé à travailler sur un projet en Tunisie et promet une nouvelle vidéo "qui couvrira d'autres régions de la Tunisie." promet-il.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.