"La hausse du prix des cigarettes est dictée par l'OMS", selon le ministre-conseiller auprès du Chef du gouvernement, Taoufik Rajhi

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Ce lundi 3 juillet 2017, les fumeurs ont eu la désagréable surprise de constater une augmentation du prix des cigarettes. Une décision qui a été annoncée, dimanche, dans un communiqué de presse publié par le ministère des Finances.

Invité à la matinale de Shems Fm, le ministre-conseiller auprès du Chef du gouvernement, Taoufik Rajhi, s'est attardé sur les raisons derrières cette hausse. Selon lui, l'augmentation du prix des cigarettes est une décision appuyée par une recommandation de l’OMS. Il a expliqué que l'organisation mondiale réclame une augmentation annuelle du prix des cigarettes afin de limiter la consommation. De plus, il a noté que cette augmentation a été mentionnée dans la Loi de Finances 2017. "Cette augmentation devait avoir lieu depuis le mois de janvier" a-t-il martelé.

Défendant cette hausse, le conseiller du Chef du gouvernement a rappelé, par ailleurs, que les cigarettes ne sont pas considérées comme des produits de base en ajoutant qu'elles affectent lourdement les dépenses de l'État en terme de santé publique.

Concernant le timing choisi pour annoncer cette hausse, Rajhi a indiqué qu'il n'y a pas de bon ou de mauvais moment pour une telle annonce. "Janvier est un mois socialement chaud, en avril il y avait les protestations à Kamour, puis il y'a le Ramadan ensuite l’Aïd" a-t-il renchéri. Il a estimé qu'il vaut mieux suivre, périodiquement, les règles et les principes sans tenir compte des politiques. "Il faut dépolitiser ces décisions" a-t-il souligné en appelant à l'adoption d'une politique de ciblage et de rapprochement des prix réels des produits.

Selon l'OMS, la consommation de tabac est responsable de plus de 7 millions de morts chaque année. Un constat alarmant qui se traduit également par un lourd fardeau économique avec plus de 1.400 milliards de dollars de dépenses de santé et de perte de productivité, soit 1,8 % du PIB mondial. D'après l'OMS, le moyen le plus efficace de diminuer la consommation de tabac et d’inciter les fumeurs à arrêter consiste à augmenter le prix de détail des produits du tabac en majorant les taxes.

D'après les calculs de l'OMS, "en moyenne, une augmentation des prix de 10% sur le paquet de cigarettes devrait entraîner une baisse de 4% de la demande dans les pays à revenu élevé et de 4 à 8% dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où les revenus plus faibles des populations tendent à les sensibiliser davantage à l'évolution des prix.".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.