Mehdjoub Bedda : l'activité de montage de véhicules est une importation déguisée

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Ce que dénonçaient des observateurs et spécialistes de la scène économique algérienne a été avoué ce dimanche par le ministre de l'Industrie et des Mines, Mehdjoub Bedda en marge de la clôture de la session parlementaire ordinaire de l'année 2016-2017. Le "montage" de véhicule en Algérie n'est en réalité qu'une forme d'"importation déguisée".

Le nouveau gouvernement confirme ainsi que la très controversée activité de montage de véhicules, la "grande trouvaille" de l'ex-ministre de l'industrie et de l'investissement n'était qu'un grand leurre. Importations déguisée, taux d'intégration, flambée des prix des véhiculent confirment tous les soupçons qui pesaient sur cette nouvelle activité. Une révision révision de la réglementation de cette activité s'impose.

Selon le gouvernement, l'évaluation de la filière du montage de véhicules a fait ressortir qu'il existe ''une forme d'importation déguisée et que le taux d'intégration nationale n'a pas atteint l'objectif escompté" .

L'évaluation préliminaire effectuée par le ministère concernant cette activité relève plusieurs dysfonctionnements dont le prix exorbitant des véhicules par rapport aux années précédentes, a précisé le ministre soulignant que le trésor avait des manques à gagner, outre le fait que les projets actuels de montage de véhicules n'avaient pas réussi à créer le nombre d'emplois fixé.

Changer de cap

"Il est nécessaire de mettre un terme au mode actuel de production dans ce secteur, étant donné que la majorité des entreprises de montage de véhicules n'ont pas atteint les objectifs assignés notamment en matière d'intégration nationale", a estimé M. Bedda.

La situation actuelle exige la révision du règlement régissant cette activité en vue d'encourager la création de PME spécialisées dans les industries et les services y afférents, a-t-il affirmé.

"Ce constat ne signifie aucunement l'abandon de la filière de l'automobile, qui demeure essentielle pour le secteur. Cependant, nous devons revoir la réglementation de cette filière de façon à lui assurer la pérennité et ouvrir la voie aux équipementiers, aux fabricants de pièces détachées et aux entreprises de sous-traitance", a-t-il dit.

Le ministre a appelé dans ce contexte à adhérer à la nouvelle stratégie industrielle proposée par le plan d'action du gouvernement, ajoutant qu'elle tend à encourager les jeunes entreprises en les impliquant dans le processus de diversification de l'économie nationale.

Le Gouvernement vise à travers cette nouvelle vision à créer le maximum d'emplois et à réduire la facture des importations.

Pour rappel, le montage des véhicules en Algérie a débuté fin 2014. Le pays compte actuellement trois usines de production de véhicules touristiques et deux autres de production de véhicules utilitaires.

Plusieurs concessionnaires sont actuellement en négociations avec des marques étrangères pour la réalisation d'usines de fabrication de voitures en Algérie.

Un nouveau cahier de charge

Le nouveau cahier des charges régissant l'activité des concessionnaires automobiles, paru en avril 2015, oblige les opérateurs du secteur à exercer une activité industrielle en rapport dans un délai de moins de trois ans.

Une commission interministérielle pour la révision des modalités d'octroi du foncier industriel

Le ministre a révélé qu'une commission interministérielle regroupant des représentants des ministères de l'Industrie, de l'Intérieur et des Finances s'attelait actuellement à la révision des modalités d'octroi du foncier industriel pour faire profiter les vrais "investisseurs".

Les résultats du travail de la commission seront annoncés prochainement, une fois soumis au Premier ministre, a-t-il ajouté.

Quant au mouvement opéré dans son secteur et qui a touché plusieurs responsables, M. Bedda a affirmé qu'il s'agissait de "procédures normales" visant à "donner la chance à de nouvelles compétences capables de relancer ce secteur qui reste le poumon de l'économie". Ce mouvement est intervenu pour "relancer et dynamiser le secteur", a-t-il dit.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.