La DGSN explique les conditions d'arrestation de Amara Mohsen

Publication: Mis à jour:
MOHSEN AMARA
Archivges
Imprimer

Deux jours après la publication de la vidéo montrant l'arrestation musclée de l'avocat Mohsen Amara, la Direction générale de la Sûreté Nationale (DGSN) est sorti de son silence pour expliquer l'arrestation et les conditions dans lesquelles elle a eu lieu.

Selon le communiqué de la DGSN, l'arrestation dudit avocat qui réside à Birkhadem à Alger est intervenue sur ordre du procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Rais, et ce pour outrage à un magistrat et à un avocat en plein exercice de leurs fonctions, et usurpation du titre d'avocat.

"Suite à la vidéo relayée sur les réseaux sociaux (Facebook) et montrant l'opération d'arrestation, par les éléments de la sûreté de la wilaya d'Alger, du dénommée (A.M.), domicilié à Birkhadem (Alger), la DGSN précise que cet individu a été interpellé sur ordre du procureur de la République près le tribunal de Bir Mourad Rais, pour outrage à un magistrat et un avocat en plein exercice de leurs fonctions, et pour usurpation du titre d'avocat", a souligné la DGSN dans un communiqué .

Le communiqué précise que lors de son arrestation, le mis en cause "avait usé de violence physique et verbale envers les éléments de la police qui avaient décliné leur identité. Ce dernier a refusé de se soumettre à la procédure applicable en pareil cas, ce qui a poussé les éléments de la police à recourir à la force pour procéder à son arrestation".

"Le mis en cause a été mis en garde à vue en attendant sa présentation devant la juridiction territorialement compétente", indique la même source.

La DGSN a appelé dans le même document l'ensemble des citoyens et les utilisateurs des réseaux sociaux à "ne pas se laisser entraîner par les fausses informations à travers lesquelles leurs auteurs visent à semer le désordre et porter atteinte à l'ordre public".

A noter que les internautes s'étaient insurgés sur la manière dont a été interpellé Amara Mohsen et l'usage de la force constaté de visu.

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme, avait qualifié l'arrestation d' “enlèvement de Me Amara Mohsen” et avait “exige des services de sécurité et de la justice l’ouverture d’une enquête dans l’immédiat, afin de mettre la lumière sur cette affaire, en mettant à disposition les informations nécessaires déterminant les responsables de l’enlèvement et procéder à la punition des auteurs de cet acte”.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.