Hausse des prix de l'essence et des cigarettes: Vendeurs et consommateurs mécontents

Publication: Mis à jour:
CIGARETTES
Collage/Reuters
Imprimer

Bien que prévue dans la loi de Finances 2017, la hausse du prix de l'essence ne passe pas auprès des consommateurs. Idem pour le prix des cigarettes.

Dans un communiqué publié conjointement le 02 juillet, les ministères de l'Énergie et des mines et du Commerce ont informé de la hausse du prix de l'essence comme suit:

  1. Essence super sans plomb : 1,750 dinar/litre
  2. Gasoil 50 PPM : 1,510 dinar/litre
  3. Gasoil : 1,230 millimes/litre

Idem pour le prix des cigarettes. Dans un communiqué publié dimanche par le ministère des Finances, celui-ci affirme que le prix des cigarettes augmentera à partir du lundi 03 juillet comme suit:

  • Cristal: 1,400 D
  • Cristal légère: 2,550 D
  • 20 mars inter, Gold et Silver: 2,850 D
  • Saphir: 2,650 D
  • Cigarettes américaines (Marlboro et Merit) et anglaises: 5,850 D
  • Cigarettes françaises (Royale et Gauloise): 4,950 D
  • Cigarettes japonaises (Monte Carlo): 4,500 D
  • Cigarettes japonaises (Camel): 5,400 D

Il s'agit de la 4eme hausse du prix des cigarettes depuis la révolution, la dernière ayant eu lieu en juillet 2014.

Vendeurs et consommateurs mécontents

Chez les revendeurs de cigarettes lundi matin, l'ambiance n'était pas au beau fixe. Béchir qui gère un point de vente du côté d'El Manar regrette cette décision "contreproductive": "Cela ne va faire qu'augmenter la contrebande et faire augmenter le chiffre d'affaires des contrebandiers. Avec un prix de vente qui passe quasiment au double par rapport à la cigarette de contrebande, c'est celle-ci qui en sort la grande gagnante".

Hamadi fume lui plus d'un paquet par jour, "des Marlboro rouges" dit-il fièrement, "et pas de la contrebande". Retraité, sa pension est aux alentours de 650 dinars par mois: "Je met près de 200 dinars par mois en cigarettes. Avec cette hausse ça fera 15 dinars en plus dans le budget cigarettes. Pour moi ça passe, je suis vieux et j'ai une pension de retraite. Pour un jeune au chômage et dont le seul compagnon est la cigarette c'est plus difficile à accepter. Je sais ce que c'est, j'ai longtemps été un jeune au chômage, et c'est la cigarette qui m'a accompagné".

Pour Aymen, qui est lui aussi un revendeur de cigarettes du côté du Kram, cette hausse "personne ne s'y attendait. Du moins pas dans ces proportions là". "Nous sommes obligés de rajouter 500 millimes au prix d'un paquet. C'est beaucoup d'un coup. Même le prix de la cigarette au détail, il a doublé en 3 ans. Je trouve beaucoup ces hausses répétitives".

Pour les pompistes, la hausse du prix d'essence ne semble pas être aussi dérangeante, "c'est surtout les automobilistes qui se plaignent" affirme au HuffPost Tunisie un pompiste.

Lilia est avocate. Entre son bureau à La Marsa et les tribunaux -"principalement l'Ariana et Tunis"- elle circule beaucoup: "C'est pas tant la hausse de 100 millimes qui me déplaît, c'est d'abord les hausses successives d'année en année. Il ne se passe pas une année sans qu'il y ai de hausse. En plus le prix du pétrole ne cesse de dégringoler, alors pourquoi il augmente chez nous?".

Imed est commercial, cette hausse il l'a comprend: "En s'attaquant aux sites pétroliers et en arrêtant la production, les manifestants ont arrêté les ressources. Il est donc normal d'en augmenter le prix. Je pense que si le gouvernement l'a fait, c'est pour combler le déficit commercial".


Interrogée par la radio Shems Fm au début du moins de juin
, la ministre des Énergies et des mines, Héla Cheikhrouhou avait indiqué que l'arrêt de la production à El Kamour entrainera "inévitablement une hausse des prix" du pétrole.

Sur les réseaux sociaux plusieurs internautes se sont plaints de ces hausses:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.