D'où vient la récente augmentation du prix du carburants en Tunisie? Le ministre des Finances par interim l'explique

Publication: Mis à jour:
FADHEL ABDELKEFI
FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Le prix du carburant a augmenté ce week-end en Tunisie. Une annonce surprise pour certains, mais prévisible pour d'autres. Revenant sur les causes de cette hausse, le ministre de l’Investissement, du Développement et de la Coopération internationale et ministre des Finances par intérim Fadhel Abdelkefi a expliqué, sur les ondes de Mosaïque Fm que celle-ci s'explique par la chute du dinar face au dollar.

De ce fait à chaque fois que la valeur du dinar se déprécie, une augmentation du prix des carburants est à prévoir. Il a précisé que la hausse du dollar a une répercussion directe sur les dépenses de l'État notamment celles relatives aux subventions des carburants. "On a prévu un budget de 650 millions de dinars en tant que subventions énergétiques, mais on s'est retrouvé à la fin avec des subventions atteignant 1500 millions de dinars. Un ajustement s'impose pour réduire le gap" a-t-il lancé. "Il ne faut pas oublier qu'on est dans un état d'urgence économique avec une croissance atone et des finances publiques en grande difficultés", a-t-il indiqué.

“L’année 2018 sera une année difficile en raison de l’augmentation de la pression sur les finances publiques”, a affirmé, par ailleurs, Abdelkefi, estimant que la solution réside en la relance de croissance économique.

Le ministre a évoqué “l’existence de difficultés pour l’élaboration du budget pour l’exercice 2018 fixé à 36 milliards de dinars, soit une hausse d’environ 4 milliards de dinars par rapport au budget 2017".

Selon lui, cette situation est expliquée par la hausse de la masse salariale et l’augmentation des subventions énergétiques qui atteindront 1,4 milliard de dinars contre 650 millions de dinars actuellement.

La première solution, estime-t-il, consiste à retrouver un rythme de croissance supérieur à 3%. La deuxième solution, qui n’est pas soulevée actuellement, se basera sur l’adoption d’une politique d’austérité, a-t-il encore fait savoir.

D'après les prévisions de la Banque mondiale (BM), la croissance économique en Tunisie passera durant l’exercice en cours (2017) à 2,3% avant de se renforcer de façon constante à moyen terme (3% en 2018 et 3,5% en 2019). Cette amélioration se traduit, selon la même source, par la mise en œuvre de réformes destinées à améliorer le climat des affaires. En 2016, le taux de croissance économique réalisée par la Tunisie en 2016 n’a pas dépassé les 1% selon l’Institut National de la Statistique (INS).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.