Attentat suicide à Damas : Au moins 18 morts selon l'OSDH

Publication: Mis à jour:
DAMASCUS
Damaged cars are seen at one of the blast sites in Damascus in this handout picture posted on SANA on July 2, 2017, Syria. SANA/Handout via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS PICTURE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. REUTERS IS UNABLE TO INDEPENDENTLY VERIFY THE AUTHENTICITY, CONTENT, LOCATION OR DATE OF THIS IMAGE | Sana Sana / Reuters
Imprimer

SYRIE - Au moins dix-huit personnes ont été tuées dans l'attentat suicide qui a frappé dimanche matin l'est de la capitale syrienne, Damas, selon un nouveau bilan de l'observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le bilan fait état d'au moins sept morts parmi les membres des forces de sécurité pro-régime et deux parmi les civils, les autres victimes n'ayant pas encore été identifiées. L'agence de presse officielle syrienne Sana et l'OSDH ont rapporté que trois voitures piégées ont été prises en chasse par les autorités tôt dimanche matin, alors qu'elles se dirigeaient vers le centre de Damas.

Deux d'entre elles ont été interceptées et leurs conducteurs tués par les services de sécurité à l'entrée de la ville, tandis que la troisième est parvenue à atteindre le quartier de la place Tahrir, dans l'est de la capitale, où le kamikaze a fait exploser son véhicule.

"Après avoir poursuivi trois voitures piégées, les autorités ont réussi à faire exploser deux d'entre elles sur la route menant à l'aéroport. Elles ont encerclé la troisième voiture place Al-Ghadir, (un secteur de Tahrir) dans le quartier de Bab Touma, où le terroriste s'est fait exploser, tuant et blessant des civils", a indiqué le ministère syrien de l'Intérieur dans un communiqué diffusé par l'agence Sana.

Selon l'AFP, "des examens universitaires qui devaient avoir lieu dimanche à proximité du lieu de l'attentat ont été annulés".

Il s’agit de l'attaque la plus meurtrière depuis des mois à Damas, généralement épargnée par les violents combats qui ont fait, depuis le début du conflit syrien en 2011, plus de 320.000 morts et des millions de déplacés. La capitale syrienne n'a néanmoins pas été épargnée et a été touchée par des attentats meurtriers depuis le début du conflit.

A la mi-mars, deux attentats suicides revendiqués par le groupe terroriste Etat islamique (EI) avaient frappé Damas en moins de deux heures, tuant au moins 32 personnes dans un tribunal et un restaurant.

Cinq jours auparavant, une double attaque y avait fait 74 morts et avait été revendiquée par l'ex-branche d'Al-Qaïda en Syrie.

LIRE AUSSI: