L'Union africaine ambitionne de doubler le volume du commerce interafricain d'ici 2021

Publication: Mis à jour:
BUSINESS AFRICA
Un supermarché au Cap, en Afrique du Sud. | Mike Hutchings / Reuters
Imprimer

ÉCONOMIE - Le commissaire au Commerce et à l'Industrie de l'Union africaine (UA), Albert Muchanga, s'est dit confiant dans la création d'ici la fin de l'année en cours de la zone africaine de libre-échange, annonçant l'intention de l’Organisation panafricaine de doubler le volume actuel du commerce interafricain de 14 à 28% d'ici 2021, dans le cadre du projet de la zone de libre-échange continental (ZLE).

"Nous sommes convaincus que nous aurons un marché intégré et commercialement viable à la fin de cette année", a indiqué M. Muchanga, lors d'une conférence de presse, vendredi au siège de l'UA à Addis-Abeba, en Ethiopie, qualifiant toutefois de "très bas" le volume commercial actuel parmi les pays africains.

Selon lui, le continent africain est actuellement situé "au bon endroit et à la cible" pour réaliser les objectifs majeurs du Pacte phare de la zone de libre-échange, assurant que le bloc panafricain aspire à créer un marché continental unique pour les biens et services, avec la libre circulation des personnes et des capitaux.

Le commissaire au Commerce et à l'Industrie de l’UA a estimé que cette zone de libre-échange allait offrir de "nouvelles opportunités" de progrès à l'Afrique et que ceci était en train de s'accomplir grâce à la forte volonté politique des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'UA.

"Nous créons cette zone de libre-échange pour renforcer l'Afrique et non pas l'affaiblir", a-t-il dit, en marge de la 31e session ordinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA) qui a débuté ses travaux, vendredi, avec la participation des ministres des Affaires étrangères et d'autres ministres désignés par les gouvernements des Etats membres de l'Union africaine.

LIRE AUSSI: Les enjeux du retour du Maroc dans l'Union Africaine (INTERVIEW)