Marrakech du Rire: Le Jamel Comedy Club comme si vous y étiez

Publication: Mis à jour:
JAMEL COMEDY CLUB
Farid Chamekh a assuré la présentation | Laïd Liazid
Imprimer

MARRAKECH DU RIRE - Ce vendredi 30 juin, le premier spectacle du Gala Jamel et ses amis comblait le Palais Badii de Marrakech. Au même moment, Alban Ivanov faisait rire le Théâtre Royal, la scène découverte occupait le Colisée, Booder et sa bande présentaient leur pièce de théâtre "La grande évasion" à l'Institut Français. L'espace Prestigia, bien rempli, lui, a fait la part belle aux artistes francophones du Jamel Comedy Club pour le quatrième soir consécutif.

Il y a près de 10 ans, Jamel créait la scène devenue incontournable du Jamel Comedy Club à Paris. Devenue un tremplin pour les jeunes talents, le Jamel Comedy Club a aujourd'hui attaqué sa 10ème saison. Une partie de la troupe était présente hier: Farid Chamekh, Nick Mukoko, Jean-Philippe Visini, Ines Reg et Dijmo.

"Le public, soyez en mode ghetto"

Farid Chamekh a dû assurer la présentation en l'absence de Jamel. Avant de commencer, il a demandé au public de choisir un mot; tous les artistes devront le placer dans leur sketch. Après des propositions comme "couscous" ou "portable", l'humoriste décide de garder "assiette". Le show peut commencer.

Nick Mukoko ouvre le bal, il vanne sur le fait d'être en couple. Ines Reg le suit et demande tout de suite au public de l'acclamer comme Beyoncé. "Le public, soyez en mode ghetto, toi tu te frottes les yeux tellement je suis belle. Toi, avec le polo blanc, tu te caresses le torse. Toi à côté tu te caresses le torse et il y a du feu qui sort tellement tu frottes."

Les derniers artistes passent. Ils ont réussi à placer "assiette" dans leur sketch!

Younes et Bambi changent de registre

Ils n'étaient pas annoncé pour garder l'effet de surprise. Le duo Younes et Bambi a fermé le spectacle après avoir assuré la première partie au Palais Badii. Et, comme promis, les deux humoristes ont complètement changé de registre. Ils ne se moquent plus des différences et préjugés qui séparent les juifs et les arabes. Les autres aussi en prennent pour leur grade.

Bambi arrive sur scène en prêtre. "Il y a un petit garçon là, qu'est-ce qu'il fait là", lance-t-il en se caressant. Le curé ouvre une messe pour un enterrement. "C'est mon premier, allez, on s'ambiance!". Younes arrive à son tour, vêtu d'une perruque aux cheveux longs et bouclés. On comprend très vite que c'est un arabe. Après quelques échanges entre les deux personnages, on en vient à la chute. Younes va faire un don à l'église. "Avec 50 euros on ne va pas aller loin", lance Bambi qui s'appelle en réalité "Père Vert".

"J'ai 150.000euros". Bambi lâche quelques "machallah" et "hamdoulillah". Younes continue: "Il faudra diriger l'église en direction de la Mecque, même le petit Zizou (Jésus ndlr). Et l'église portera mon nom".

LIRE AUSSI: