La photographe marocaine Lalla Essaydi s'expose à Dubaï

Publication: Mis à jour:
LALLA ESSAYDI
DR
Imprimer

ART - Artiste et photographe marocaine basée à New York, Lalla Essaydi présente sa première exposition au Moyen-Orient à la galerie Leila Heller de Dubaï jusqu'au 15 août. L'exposition intitulée "Still In Progress", inaugurée le 7 juin, met en lumière ses principales oeuvres réalisées entre 2003 et 2013 dont "Converging Territories", "Harem", "Les Femmes du Maroc" et "Bullets Revisited".

Les oeuvres anticonformistes de Lalla Essaydi mettant la femme arabe à l'honneur lui ont valu la reconnaissance de ses pairs dans le milieu de l'art à l'international. Au fil des années, l'artiste a ainsi vu ses clichés présentés dans les plus prestigieux espaces d'exposition et musées du monde, dont Le Louvre à Paris, le Smithsonian Museum of African Art à Washington, ou encore le British Museum à Londres.

Pour sa première représentation aux Moyen-Orient, l'artiste a choisi l'une des galerie les plus réputées de la région. En effet, la galerie Leila Heller est l'un des principaux acteurs dans la promotion du dialogue et des échanges créatifs entre les artistes occidentaux et ceux du Moyen-Orient et d'Asie du Sud depuis sa création il y a plus de trente ans.

lalla essaydi

lalla essaydi

harem by lalla essaydi

les femmes du maroc

lalla essaydi

Réputée pour ses oeuvres poétiques qui résonnent comme un lointain souvenir des palais orientaux, Lalla Essaydi expose des photographies profondément féministes. On y voit des jeunes femmes arabes aux airs de concubines dont le regard perçant fixe l'objectif sans gêne ni retenue.

Loin des clichés orientalistes, chez l'artiste, les femmes sont des muses qui montrent peu de chair, elles sont au contraires vêtues d'étoles précieuses et de dorures. Ses réalisations résultant d'un processus créatif extrêmement complexe qui implique un mélange de peinture, de calligraphie, de décoration, de costumes et de photographie. Une artiste aux multiples talents qui n'en finit pas de nous faire rêver.

One of @harpersbazaarart cover stars, don't miss @lallaessaydi first solo exhibition in the #middleeast @leilahellergallery in @alserkalavenue Here, in the Harem series (2009), Essaydi continues to explore many of the themes characteristic of her earlier work, but in an entirely new setting: the harem quarters in Dar al Basha, a vibrant architectural palace in Marrakesh. The artist designs fabrics for the subjects that mimic the patterns within the palace, picking up on details from the mosaic, stucco, stained glass, and carved wood. Through this combined use of space, calligraphy, henna and costume, Essaydi explores the function of women as decorative features within the context of vernacular architecture. She explains, “The women then, become literal odalisques (odalisque, from the Turkish, means to belong to a place).” As such, she is portrayed “caged” amongst other acquisitions in the “cabinet de curiosite” of the male dominion, the harem. This very physical and psychological environment of the home and harem haunts the artist, in the sense that it constitutes the space and the culture of her childhood within her. ____ Lalla Essaydi's 'Still in Progress' is on view at Leila Heller Gallery Dubai until August 15, 2017 ____ Image Details: Lalla Essaydi Harem #2, 2009 © Lalla Essaydi. Courtesy of the artist, Leila Heller Gallery and Edwynn Houk Gallery #lallasssaydi #leilahellergallery

Et opslag delt af Harper's Bazaar ART (@harpersbazaarart) den

LIRE AUSSI: